Malgré une baisse considérable de l’activité d’investissement globale due à la crise COVID-19, l’écosystème des start-ups est resté relativement résilient.

Les start-up se concentrant sur les technologies de pointe (frontier-tech) telles que la conduite autonome, l’IA d’entreprise et l’exploration spatiale, parviennent encore à attirer l’attention des investisseurs, a estimé GlobalData, une société leader de données et d’analyse.

La pandémie a entraîné l’arrêt complet de nombreuses entreprises à travers la Chine au premier trimestre de 2020. Malgré la reprise progressive de l’activité commerciale en avril, la situation globale est loin d’être favorable.

Le resserrement de la liquidité a même frappé les investisseurs en capital-risque, la principale source de financement pour les start-ups, ce qui les rendent extrêmement prudents et méfiantes vis-à-vis de l’allocation de fonds pour de nouvelles entreprises en démarrage.

Cependant, même au milieu de perspectives sinistres, la communauté des investisseurs a continué de faire progresser ses stratégies, ce qui les a rapidement amenées à se concentrer sur les start-ups traditionnelles, telles que les plates-formes de voyage, de planification d’événements, de covoiturage et de partage d’espace, ainsi que sur les start-ups axées sur l’innovation technologique, qui ont eu du mal ces derniers temps.

Sandeep Kolakotla, analyste technologique chez GlobalData, a expliqué que « les investisseurs se sont généralement méfiés du financement de nouvelles entreprises, ils ont conservé leur appétit pour certaines catégories de start-ups, en particulier celles qui travaillent sur la technologie de pointe, y compris la conduite autonome, l’IA d’entreprise. et l’exploration spatiale ».

Parmi les évolutions notables du financement de la technologie de pointe au cours des derniers mois, citons le cycle de financement de 400 millions de dollars mené par Toyota pour la start-up de conduite autonome basée à Guangzhou Pony.ai en février 2020, un cycle de financement de série C de 42 millions de dollars pour Laiye, qui développe des robots intelligents basés sur l’IA et d’autres produits auxiliaires au cours du même mois, et 14 millions de dollars levés par la start-up aérospatiale privée chinoise MinoSpace en mars 2020.

Pour l’analyste, « la pandémie de COVID-19 a contraint de nombreux secteurs traditionnels comme les soins de santé et la vente au détail à accélérer l’adoption de technologies perturbatrices comme la robotique, l’IA et les véhicules autonomes à une échelle sans précédent. Cela indique une évolution vers une économie qui offre une efficacité sans intervention humaine. Les start-ups de technologie de pointe en Chine ont largement pu sortir indemne de la crise économique et continueront à lever des fonds dans un avenir prévisible ».