Certaines villes du Tibet effectuent des tests massifs de COVID-19 ce 9 août, y compris les deux plus grandes villes de la région autonome chinoise, pour lutter contre une hausse épidémique, tandis que des contaminations sont constatées dans la région tropicale de Hainan et dans le Xinjiang, dans l’ouest de la Chine.

Des sous-variants de l’Omicron, hautement transmissible, mettent à mal la politique chinoise de « zéro covid », consistant à bloquer rapidement la propagation de chaque foyer naissant.

Des régions qui ont connu relativement peu de cas pendant plus de deux ans, font désormais face à des flambées épidémiques, ce qui soulève le risque de restrictions sévères persistantes alors que l’économie s’affaiblit.

La Chine continentale a signalé 828 nouveaux cas transmis à l’intérieur du pays pour le 8 août, selon des données officielles publiées ce 9 août. Plus de 70% de ces cas ont été découverts à Hainan, l’une des destinations touristiques les plus populaires du pays, ainsi qu’au Xinjiang, tandis que le reste des contamination au Covid-19 a été signalé dans plus d’une douzaine de provinces et régions.

Dans la province du Hainan, des millions de résidents sont sous confinement dans plusieurs villes et villages, autorisés à sortir uniquement pour des raisons nécessaires telles que les tests COVID, les courses à l’épicerie et les tâches professionnelles essentielles.

Environ 178 000 touristes ont également été bloqués dans la province insulaire du sud, selon les médias d’État.

Les autorités provinciales doivent adopter toutes les mesures pour atteindre d’ici le 12 août le statut « zéro covid au niveau de la communauté » où aucun nouveau cas n’émerge dans les communautés en dehors des zones de quarantaine, a déclaré le gouvernement de Hainan dans un communiqué.

Le fait que Hainan ait réussi à contenir de petits groupes de cas en avril et en juillet a entraîné une certaine complaisance parmi les responsables et les résidents, a déclaré un responsable provincial de la santé.

« Nous avons encore de nombreuses lacunes et faiblesses dans l’enquête épidémiologique, les tests et le traitement du COVID », a déclaré Zhou Changqiang, le chef de la commission de la santé de Hainan, à la télévision d’État dans une émission diffusée tard lundi.

Au Tibet, qui n’avait auparavant constaté qu’une seule infection symptomatique au Covid-19 en plus de 900 jours, les autorités locales ont signalé un patient local présentant des symptômes confirmés et 21 infections asymptomatiques le 8 août.

Lhasa, la plus grande ville du Tibet et capitale provinciale, a suspendu les grands événements et fermé divers lieux de divertissement et de culte. La deuxième plus grande ville du Tibet, Shigatse, a entamé trois jours de confinement au cours desquels il est interdit d’entrer ou de sortir, et de nombreux commerces ont été suspendus.

Lhassa et Shigatse organisent une nouvelle série de tests de masse, et la deuxième série commencerait mercredi, a déclaré la chaîne CCTV. D’ailleurs, dans la préfecture tibétaine de Ngari, trois villes ont commencé trois séries de tests de masse, tandis que les autres villes en sont à leur première série, a déclaré la télévision d’État.

Au 8 août, la Chine continentale avait enregistré un total de 231 665 cas présentant des symptômes, y compris les patients locaux et ceux venant de l’extérieur du continent. Aucun nouveau décès n’a été signalé le 8 août, ce qui porte à 5 226 le nombre de décès dans le pays.