La Chine va créer «une ligne de séparation» au sommet du mont Everest pour empêcher le contact entre les alpinistes chinois et ceux qui remontent du Népal frappé par le coronavirus.

Situé à une altitude de 8849 mètres, le sommet de la plus haute montagne du monde est une petite zone enneigée, pouvant accueillir à peine une demi-douzaine d’alpinistes et de guides à la fois. Mais il semble qu’il est sur le point de devenir encore plus serré là-haut.

Une «ligne de séparation» spéciale sera établie au sommet de l’Everest par mesure de précaution contre le coronavirus, a déclaré le chef du bureau des sports du Tibet, Nyima Tsering, à l’agence de presse Xinhua.

Cette «ligne de séparation» aura la tâche d’empêcher les grimpeurs qui montent des flancs tibétain et népalais de la montagne de se rassembler et de transmettre l’infection. «À part le sommet de la montagne, les grimpeurs n’ont aucune autre chance de se rencontrer pendant la montée», a souligné Nyima Tsering.

D’ailleurs, un groupe de 21 alpinistes chinois est en train de se diriger vers le sommet, où il est prévu que la «ligne de séparation» soit installée avant leur arrivée.

Le chef du bureau des sports du Tibet n’a pas précisé à quoi ressemblera cette barrière, ni qui sera là-haut pour faire appliquer les restrictions à une altitude où les paquebots commerciaux volent et où l’oxygène manque.

L’annonce intervient alors que le Népal fait face à une vague sévère du coronavirus, signalant vendredi 9023 nouveaux cas de la maladie – un record quotidien pour le pays.

Le Covid-19 a également atteint le camp de base du côté népalais de l’Everest, où au moins 17 personnes ont été infectées, selon des informations plus tôt ce mois-ci.

Après l’annulation de la saison d’escalade 2020, le Népal a délivré un nombre record de 408 permis pour escalader la montagne cette année.

Dans le même temps, la Chine, qui tente de freiner la propagation du Covid-19 sur son territoire, a interdit l’accès du côté tibétain de l’Everest aux alpinistes étrangers dès le début de la pandémie.