samedi, juin 15

Manolo Blahnik remporte son procés en Chine

Le chausseur de luxe, Manolo Blahnik, a remporté une longue et difficile bataille juridique, en Chine, lui permettant de commercialiser ses talons hauts dans tout le pays.

La société a gagné son procés contre une marque chinoise devant un tribunal chinois. En l’an 2000, Manolo Blahnik, la marque britannique connue pour ses stilettos chics, a vu son nom i être volé. L’homme d’affaires, Fang Yuzhou, a enregistré le nom Manolo Blahnik avant l’entreprise.

Dans une rare décision, la Cour populaire suprême, la plus haute juridiction en Chine, vient de rendre un avis invalidant l’enregistrement précédent de la marque. Une victoire pour Manolo Blahnik qui commercialisait jusqu’ici ses collections dans une trentaine de pays mais pas en Chine.

«Cette victoire crée un solide précédent pour d’autres acteurs du secteur qui souhaiteraient faire valoir leurs droits contre des marques pirates», a indiqué le groupe – qui pourra désormais utiliser son nom en Chine et proposer ses créations à la clientèle chinoise.

«Nous sommes humbles et reconnaissances du soutien que nous avons reçu en Chine et à l’international», a souligné son créateur et fondateur, le styliste espagnol Manolo Blahnik.

Manolo Blahnik compte désormais commercialiser ses collections en Chine dès le second semestre 2023. La société avait vu précédemment plusieurs appels antérieurs rejetés par la justice. La décision chinoise pourrait inciter plusieurs groupes touchés par le non-respect de la propriété intellectuelle et la contrefaçon de marques.

Hermès a perdu en 2012 une bataille judiciaire contre une entreprise d’habillement chinoise qui utilise son nom en Mandarin (Ai Ma Shi). L’affaire est toujours dans les tiroirs de la justice chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *