Taïwan pourrait être le premier territoire asiatique à légaliser le mariage homosexuel. Deux propositions d’amendements au code civil visant à légaliser l’union des personnes de même sexe, sont passées en première lecture le 8 novembre. Elles doivent encore être examinées au sein de comités d’experts avant d’être votées par le Parlement, possiblement ce mois-ci.

Les anti-Mariage pour tous dans la rue 

Selon les sondages, l’opinion est en majorité favorable, même si il existe des opposants. Le mouvement « Alliance pour le bonheur de la prochaine génération » a fait part de ses réticences. Issue de communauté chrétienne conservatrice, proches des églises évangéliques américaines, les manifestants se sont rassemblés en nombre à Taipei en novembre pour dénoncer « la destruction de la famille et du mariage ».

Interrogé par l’AFP, son porte-parole David Tseng jugeait que « maintenant, ils veulent amender la loi pour éradiquer les pères et les mères une bonne fois pour toutes ». Certains manifestants ne s’opposent pas à la protection des droits des homosexuels, mais veulent un référendum et plus de discussions sur le sujet. Historiquement opposé au mariage pour tous, le KuoMinTang est aujourd’hui divisé sur la question.

Un de ses députés qui y est favorable a déposé un amendement au projet de loi, mais le parti pourrait bien refuser de voter, pour désavouer la  présidente Tsai Ing-wen. Le porte-parole du parti a dénoncé cette « tentative de détruire le mariage hétérosexuel », au mépris des procédures démocratiques.

Un drame pour pousser les députés à agir 

Pourtant, ce n’est pas la victoire du Parti démocrate progressiste (DPP) aux législatives et de sa candidate, Tsai Ing-wen, à la présidentielle, qui a permit cette évolution. Mais le suicide à Taipei le 16 octobre d’un Français de 67 ans, Jacques Picoux.

LGBTQ Taïwan

Son compagnon taïwanais, depuis 35 ans, venait de décéder des suites d’un cancer. Professeur de français à la retraite, cet artiste et universitaire reconnu a été écarté des décisions médicales cruciales concernant la vie de son compagnon, avant d’être privé de tout droit sur leur logement commun.

Cette situation injuste aurait poussé l’artiste à mettre fin à ses jours. La tragédie de ce couple a poussé une députée du PDP, Yu Mei-nu, à soumettre un projet de loi qui légalise le mariage homosexuel et ouvre l’adoption aux couples de même sexe.

« Cette histoire a touché les gens. Le groupe LGBT était très en colère. Et ça a fortement mis la pression à notre parti mais aussi à d’autres formations politiques », a expliqué la député au quotidien Têtu. Près de 80 000 personnes ont défilé fin octobre à Taipei lors de la Marche annuelle des fiertés.

Dans les sondages, l’opinion est en majorité favorable, ou indifférente, avec un très fort taux d’approbation chez les jeunes. Quant aux députés, plus de la moitié d’entre eux seraient prêts à voter l’un ou l’autre des amendements proposés.