Washington a désigné l’Association nationale pour l’unification pacifique de la Chine (NACPU) comme mission étrangère, et a décidé de se retirer d’un accord d’entente entre la Chine et Etats-Unis. Beijing s’est dit habitué aux déclarations et annonces contre son pays.

Les mesures annoncées par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo étaient les dernières à freiner l’activité chinoise aux États-Unis à l’approche de l’élection présidentielle du 3 novembre.

Pour Mike Pompeo, «les actions de la CPAFFC ont sapé le but initial»

Les États-Unis ont déclaré qu’ils désignaient une branche américaine d’une organisation contrôlée par le gouvernement chinois comme mission étrangère et se retiraient d’un accord visant à promouvoir la coopération au niveau local entre les pays.

Cette élection est l’occasion pour le président Donald Trump et son administration d’avoir une approche dure vis-à-vis de la Chine, en faisant même un thème clé de sa politique étrangère.

Un communiqué de Mike Pompeo a déclaré que l’organisation désignée, l’Association nationale pour l’unification pacifique de la Chine (NACPU), était contrôlée par le Département du travail du Front uni chinois, un organe du Parti communiste chinois chargé de répandre son influence et sa propagande à l’étranger.

«Le but de cette action est de faire la lumière sur cette organisation et de faire comprendre que ses messages viennent de Pékin», a indiqué le communiqué. Mike Pompeo a donc annoncé que les États-Unis cessaient également de participer à un mémorandum d’accord de 2011 entre la Chine et eux, concernant la création d’un forum des gouverneurs américano-chinois pour promouvoir la coopération infranationale.

Il a déclaré que depuis la signature du mémorandum d’accord, l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec les pays étrangers (CPAFFC) de Pékin, avait «cherché à influencer directement et de manière malveillante» les États américains et les dirigeants locaux pour promouvoir le programme mondial de la Chine.

«Les actions de la CPAFFC ont sapé le but initial bien intentionné du Forum des gouverneurs», a-t-il déclaré. Le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, a répondu que « nous ne sommes pas étonnés parce que M. Pompeo et ses semblables sont indifférents à la vie des gens et n’ont aucune idée de la coexistence pacifique et du développement commun ».

Un mémorandum mit en place à la demande des Etats-Unis

Ministère des affaires étrangères à Beijing

Ce dernier a indiqué que le mémorandum d’entente a été « proposé par les Etats-Unis en 2011 », puis signé par Washington et la Chine. Par la suite, le Forum des gouverneurs Chine-Etats-Unis, « une plate-forme importante pour les échanges sous-nationaux », s’est tenu cinq fois.

Ce dispositif a « permis de promouvoir l’investissement, le commerce et la coopération entre les deux pays, d’apporter d’énormes avantages aux deux peuples et de créer de nouveaux emplois, ce qui ne peut être nié par Mike Pompeo et ses acolytes », a souligné le porte-parole dans un communiqué.

Citant les détails du document, Wang Wenbin a rappelé que celui-ci précisant que « les échanges sous-nationaux ont adhéré aux principes du respect mutuel, de l’égalité et du bénéfice mutuel, de l’ouverture et de la transparence et de la non-ingérence dans les affaires intérieures de l’autre ».

Or depuis le début du Covid-19, « les gouvernements locaux et les peuples des deux pays se sont soutenus mutuellement et se sont unis pour faire face aux défis communs et protéger la vie et la santé des personnes, reflétant l’aspiration commune des peuples chinois et américain ».

« Cependant, Mike Pompeo a vilipendé les échanges amicaux et la coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays, ce qui était une insulte à la bonté et à la sagesse du peuple américain et a exposé sa propre ignorance et son incompétence », a écrit le diplomatie chinoise.

« Nous croyons fermement que ce n’est qu’à travers le dialogue et l’échange et qu’en insistant sur l’inclusion et l’ouverture qu’un pays peut devenir prospère et que son peuple mène une vie heureuse et paisible », souligne le communiqué.

Wang Wenbin a souligné que « l’auto-isolement, la paranoïa et la gouvernance par le mensonge ne feront que conduire les Etats-Unis à l’auto-isolement et au déclin ».