Le président américain Joe Biden veut faire pression sur la Chine, afin d’avoir des réponses sur l’origine du Covid-19. De son côté, l’ambassade de Chine aux Etats-Unis a dénoncé la politisation de la recherche de l’origine de la COVID-19, assurant que «c’est donner libre cours au virus politique».

Joe Biden, président des Etats-Unis

Joe Biden, président des États-Unis, a appelé le 26 mai les services de renseignement américains à «redoubler d’efforts» pour expliquer l’origine du Covid-19 et a exigé un rapport d’ici 90 jours.

Mise de côté par les experts de l’OMS et du monde, la théorie d’un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine, a été remise en avant ces dernières semaines dans le débat américain.

Joe Biden rappelle que les travaux du renseignement américain, qui se concentrent sur deux hypothèses (originale animale ou fuite d’un laboratoire en Chine) n’ont pas permis jusqu’ici d’aboutir à «une conclusion définitive».

«Les États-Unis continueront à travailler avec leurs partenaires à travers le monde pour faire pression sur la Chine afin qu’elle participe à une enquête internationale complète, transparente, et basée sur des preuves», a ajouté, le président américain, déplorant l’attitude de la Chine sur ce dossier.

Quelques heures avant la diffusion du communiqué de Joe Biden, la Chine a accusé le 26 mai Washington de diffuser des théories «complotistes» sur les origines de la pandémie.

La Chine a toujours rejeté la théorie selon laquelle le Covid-19 aurait pu s’échapper d’un de ses laboratoires, en particulier de l’Institut de virologie de Wuhan, cible principale de l’ex-administration Trump.

Cette semaine, un article du Wall Street Journal (WSJ) a relancé les spéculations aux États-Unis, et des appels ont été lancé en faveur d’une enquête plus approfondie, y compris au sein de la communauté scientifique.

Après un séjour de quatre semaines à Wuhan en janvier 2021, une étude conjointe d’experts de l’OMS et chinois avait jugé en mars «extrêmement improbable» un accident de laboratoire.

Lire aussi : L’Institut de virologie de Wuhan nie toute responsabilité

A la suite de la demande de Joe Biden d’un rapport détaillé sur l’origine du Covid-19, l’ambassade de Chine aux Etats-Unis a indiqué que «la politisation de la recherche de l’origine de la Covid-19, une question qui relève de la science, rendra non seulement difficile la recherche de l’origine du virus, mais donnera également libre cours au « virus politique » et entravera sérieusement la coopération internationale contre la pandémie».

Cliquez pour en savoir plus sur les relations entre la Chine et les Etats-Unis

« Sur la recherche de l’origine de la COVID-19, nous avons appelé à une coopération internationale sur la base du respect des faits et de la science, afin de mieux faire face aux épidémies inattendues à l’avenir », a déclaré le porte-parole de la représentation diplomatique chinoise dans un communiqué.

« Par sens de la responsabilité envers la santé de l’humanité, nous soutenons une étude complète de tous les premiers cas de COVID-19 trouvés dans le monde et une enquête approfondie sur certaines bases secrètes et laboratoires biologiques dans le monde entier », a-t-il dit.

« Cette étude et cette enquête doivent être complètes, transparentes et fondées sur des preuves, et devront aller au fond des choses pour que tout soit clair », a ajouté le porte-parole.

Ce dernier a indiqué que «certaines personnes à travers le monde ont récemment joué le vieux jeu du battage politique sur la recherche de l’origine de la COVID-19. La campagne de diffamation et le rejet de la responsabilité font un retour en force, tandis que la théorie complotiste de la « fuite de laboratoire » refait surface».

Depuis l’apparition de la COVID-19 l’année dernière, «certaines forces politiques ont fait une fixation sur la manipulation politique et ont joué à émettre des reproches, tout en ignorant le besoin urgent de leur peuple de combattre la pandémie ainsi que la demande internationale de coopération sur ce front, ce qui a entraîné la perte tragique de nombreuses vies», a rappelé le porte-parole.