Les délégués des pays africains au 6ème Forum des peuples sino-africains ont réitéré « leur amitié de longue date et leur engagement à forger des liens encore plus forts avec la Chine », afin de construire une communauté de destin.

Le forum s’est tenu en amont de la 8ème conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine qui se tiendra du 29 au 30 novembre à Dakar.

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président chinois, a envoyé une lettre de félicitations au forum, qui s’est ouvert le 15 novembre à Pékin.

Notant que « le monde se trouve dans une ère de grand développement et de grands changements », Xi Jinping a déclaré que « la Chine et l’Afrique, face à de nouvelles opportunités et de nouveaux défis, doivent continuer de défendre et de faire avancer la paix, le développement, l’équité, la justice, la démocratie et la liberté, qui sont les valeurs communes de l’humanité ».

Selon lui, la Chine et l’Afrique « doivent renforcer la solidarité et la coopération, promouvoir la prospérité et le développement, et oeuvrer conjointement pour construire une communauté de destin pour l’humanité ».

La lettre de Xi Jinping a appelé « à renforcer le rôle du forum en tant que pont pour aider à consolider le partenariat stratégique global de coopération Chine-Afrique, à promouvoir la compréhension entre les peuples et à réaliser le concept d’une communauté de destin Chine-Afrique ».

Pour Ji Bingxuan, vice-président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale (APN), l’amitié entre la Chine et l’Afrique de « solide comme un roc ». Il a ajouté que la Chine et l’Afrique « ont travaillé dur pour maintenir une forte dynamique de développement et promouvoir l’initiative de la Ceinture et la Route, malgré la pandémie de COVID-19, et se traiter mutuellement avec respect sur un pied d’égalité ».

Ji Bingxuan a également mentionné que « les liens étroits ont montré au monde comment différents systèmes politiques et comment des pays à différents stades de développement peuvent poursuivre conjointement des objectifs communs, rechercher un terrain d’entente, partager des différences et tirer des forces les uns des autres ».

Les délégués présents à l’événement ont également partagé leurs points de vue sur la nécessité pour la Chine et l’Afrique, le plus grand pays en développement du monde et le continent avec une plus grande concentration de pays en développement, « d’assumer leurs responsabilités pour protéger les intérêts fondamentaux mutuels et les préoccupations majeures sur la scène mondiale ».

Les représentants chinois et africains ont appelé la Chine et les pays africains « à rechercher l’équité et la justice dans le cadre d’un système de gouvernance mondiale qui reflète la volonté et les intérêts de la majorité des pays d’une manière plus équilibrée tout en promettant de s’opposer résolument aux politiques de puissance et de défendre un véritable multilatéralisme ».

« La Chine est devenue une grande puissance internationale dans le monde et elle ne devrait pas être absente de la gouvernance mondiale mais jouer un rôle plus important », a souligné S.E. Martin Mbazumutima, ambassadeur du Burundi en Chine, a déclaré lors du forum.

Ce dernier a indiqué que « nous sommes très heureux de voir que la Chine jette les bases d’un nouvel ordre international en proposant de nouveaux concepts de développement dans diverses questions clés telles que le changement climatique, le COVID -19 réponse, ainsi que la protection de l’environnement ».

« Nous avons beaucoup à apprendre de l’expérience et des réalisations de la Chine. Je pense que le succès de la Chine n’est pas seulement un miracle de développement économique, mais aussi un miracle de stabilité sociale. En cette ère de mondialisation, chaque pays devrait tirer les leçons des expériences réussies des autres pays », a déclaré HEMohamed Elbadri, ambassadeur d’Égypte en Chine, lors de l’événement.