Les agences gouvernementales de Taiwan font face à environ cinq millions de cyberattaques ou mises à l’épreuve de leurs systèmes informatiques par jour, a déclaré un responsable, alors qu’un rapport met en garde contre l’augmentation de la pression chinoise visant l’île autonome.

Des responsables taïwanais avaient déjà déclaré que l’île était confrontée à des millions de cyberattaques chaque mois, dont la moitié environ proviendrait de Chine.

Pour tout savoir de Taïwan, cliquez sur l’image!

S’exprimant devant le Parlement, le directeur du département de la cybersécurité, Chien Hung-wei, a déclaré que le réseau gouvernemental de Taïwan était confronté à « cinq millions d’attaques ou de +scans+ (tentatives de repérer des vulnérabilités dans un système) par jour ».

« Nous renforçons les mesures de protection du gouvernement et collectons des données pertinentes à des fins d’analyse afin d’arrêter les attaques dès qu’elles sont lancées », a déclaré MChien Hung-wei aux législateurs.

Taipei a accusé Pékin d’intensifier les cyberattaques depuis l’élection en 2016 de la dirigeante Tsai Ing-wen qui considère l’île comme une nation souveraine.

La Chine voit de son côté Taïwan comme une partie de son propre territoire et menace de recourir à la force pour imposer sa souveraineté sur l’île gouvernée séparément du continent depuis 1949.

Lire aussi : Le président chinois Xi Jinping promet une «réunification» pacifique avec Taïwan

Dans un rapport publié par le ministère taïwanais de la Défense, Taipei a averti que la Chine avait « vigoureusement renforcé » ses capacités de cyberguerre dans le cadre de sa stratégie visant à réunir Taiwan à la Chine continentale.

En juillet 2021, la police taïwanaise a lancé une enquête après que l’application de messagerie Line a signalé aux autorités des activités anormales de comptes. Les médias locaux ont déclaré que les comptes piratés appartenaient à des « hauts fonctionnaires » de diverses branches du gouvernement.

En 2020, les autorités taïwanaises ont indiqué que des pirates chinois avaient infiltré au moins dix agences gouvernementales taïwanaises et obtenu l’accès à environ 6.000 comptes de messagerie dans le but de voler des données.