La Chine a ouvert son premier sommet international sur les Nouvelles routes de la soie, visant à restaurer l’antique route commerciale qui assurait les échanges entre l’Europe et l’Extrême-Orient.

Dans son discours, Xi Jinping a déclaré dimanche que l’initiative « la Ceinture et la Route » était « un projet du siècle qui bénéficierait aux peuples à travers le monde ».

Cette initiative regroupe 65 pays, dans le but d’investir dans des projets ferroviaires, autoroutiers, portuaires ou énergétiques. Il s’agit également de créer des parcs industriels ou de zones franches en Asie, en Europe centrale, au Moyen-Orient et en Afrique.

La Banque de développement de Chine a prévu de débloquer plus de 800 milliards d’euros d’investissements sur 900 projets, et la Banque Asiatique d’Investissement dans les Infrastructures (BAII) a été créé dans le cadre de cette politique internationale, afin de financer des projets à travers le monde, et particulièrement en Asie.

Cette nouvelle version des Routes de la soie se compose d’une « ceinture » terrestre et d’une « route » maritime, destiné à sécuriser l’approvisionnement de la Chine en matières premières et l’acheminement de ses produits vers ses principaux marchés, particulièrement l’Europe.

« L’isolement conduit à l’arriération. L’ouverture est comme le combat d’une chrysalide qui sort de son cocon. Cela s’accompagne de souffrance, mais cette souffrance crée une vie nouvelle », a souligné Xi Jinping dans son discours d’ouverture.

Raison pour laquelle, l’initiative « se concentre sur un développement inclusif et durable et prend en compte les exigences de développement des différents pays et régions pour aboutir à la prospérité commune« , a-t-il indiqué.

Le président chinois a appelé à la construction d’une « plate-forme ouverte de coopération », soutenant et alimentant « l’économie mondiale ouverte ».

Pour cela, « nous devons créer ensemble un environnement facilitant l’ouverture et le développement, établir un système juste, équitable et transparent de règles en matière de commerce et d’investissements internationaux et permettant une circulation ordonnée des facteurs de production, une répartition efficace des ressources et une intégration totale des marchés ».