Du 25 au 27 avril prochain se tiendra à Beijing, le 2ème forum sur l’initiative «Ceinture et Route» avec cette fois deux fois plus de pays présents que lors de la dernière édition.

La France et l’Italie assisteront à la cérémonie en tant qu’invités, mais ni l’Inde ni les États-Unis n’y enverront leurs hauts représentants, d’après le site d’information Vestifinance. D’après le ministre des Affaires Etrangères, Wang Yi, ce 2nd forum de la BRI (Belt and Road Initiative) réunira 150 pays, dont 37 chefs d’État ayant confirmé leur participation.

Lors du 1er forum «La Ceinture et la Route» en mai 2017, Xi Jinping avait parlé des anciens itinéraires de la Route de la soie comme d’un «grand patrimoine de la civilisation humaine». Cette année l’objectif est d’accroître un peu plus la coopération et de rassurer le monde des intentions chinoises.

Pour Wang Yi, l’adhésion massive de pays et d’organismes internationaux au projet qui est une «une plate-forme mondiale inclusive et juste», montre que l’initiative a « gagné la confiance et le soutien de la communauté internationale ».

D’ailleurs, ce dernier avait assuré en mars, que cette initiative n’était pas «du tout un piège de dette» et «ce n’est pas un instrument géopolitique mais une opportunité pour de nombreux pays de se développer ensemble».

Interrogé par Sputnik News, Yun Sun, l’une des directrices du programme pour l’Asie de l’Est du Centre Henry Stimson de Washington, note que «cette initiative aide la Chine à absorber les capacités économiques intérieures excessives, à élargir les marchés extérieurs et les relations commerciales, à renforcer les relations politiques avec les pays-bénéficiaires, les liens militaires et l’influence en matière de sécurité. En fin de compte, tout cela contribue à la formation d’un nouvel ordre où la Chine joue un rôle bien plus notable».