jeudi, février 22

Paul McCartney dénonce les marchés d’animaux en Chine

Le chanteur des Beatles, Paul McCartney espère que le gouvernement mettra un terme à ces pratiques, «sinon autant balancer des bombes atomiques» sur le monde entier.

Pour l’heure les discours sont confus. Le gouvernement a interdit la consommation d’animaux sauvages, Shenzhen a inclut les chats et chiens, mais en parallèle, Beijing a autorisé le commerce de bile d’ours comme médicament contre le coronavirus.

Invité le 14 avril du Howard Stern Show sur la radio américaine Sirius XM, le chanteur a qualifié d’«obscènes» et de «moyenâgeuses» ces pratiques que certains scientifiques soupçonnent d’être à l’origine de l’épidémie de coronavirus.

le premier foyer de la pandémie mondiale s’est développé à Wuhan, dans un marché au gros de poissons, où étaient proposés à la vente à la fois de la viande fraîche et des animaux vivants.

Le pangolin, un animal insectivore protégé, et certaines espèces de chauve-souris sont suspectés d’avoir été les vecteurs de la transmission de la maladie à l’homme. D’autant plus que la chair de ces mammifères est consommée en Chine.

«J’espère vraiment que le gouvernement chinois va dire: « D’accord, nous devons vraiment être très hygiéniques ici . Regardons les choses en face, manger des chauves-souris, c’est un peu médiéval comme pratique», a espéré Paul McCartney.

Le chanteur a rappelé «le SRAS, la grippe aviaire, toutes sortes d’autres maladies qui nous ont affligées… Et pourquoi? Parce que ces pratiques sont d’un autre temps. Ils doivent arrêter».

«Certains expliquent qu’il en a toujours été ainsi, que c’est la manière dont ils font les choses. Mais c’était ce que d’autres disaient à propos de l’esclavage, par exemple. Eh bien, à un moment, il faut que ça change», a-t-il ajouté.

Paul McCartney espère que les chinois modifient leurs habitudes : «sinon, autant balancer des bombes atomiques, s’emporte le chanteur. Cela affecterait le monde entier aussi bien.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *