dimanche, mai 19

Des peines légères pour les consommateurs d’ivoire

Hong Kong est devenue une plaque tournante de la contrebande de l’ivoire, et devrait continuer de l’être depuis l’interdiction progressive, entrée en vigueur début janvier, de tout commerce et transformation de l’ivoire d’ici 2021.

A l’heure actuelle, la cité-état autorise toujours la vente d’objets en ivoire issus des stocks officiels constitués avant 1990, mais interdit le commerce international de l’or blanc, en théorie uniquement à destination du marché insulaire.

D’ailleurs le 29 mars, les médias hongkongais ont révélé la condamnation de deux hommes pour possession d’une paire de baguettes en ivoire.

Les autorités ont acheté les baguettes chez un artisan du quartier de Sheung Wang, où les vitrines présentent des objets en ivoire sculpté. pour pouvoir incriminé les deux hommes, une datation par le radiocarbone a été réalisé afin d’établir que cet ivoire était postérieur à 1990.

Or « c’est la première fois que le gouvernement de Hong Kong utilise la datation par le radiocarbone pour déterminer l’âge de l’ivoire, cela va complètement changer les règles du jeu », a expliqué à l’Agence France Presse, Alex Hofford, militant de l’association WildAid.

En dépit de cette condamnation, les associations de défense des animaux déplorent la légèreté des peines infligées. En effet, ceux qui enfreignent l’interdiction encourent 2 ans de prison et jusqu’à 5 millions de dollars de Hong Kong (593’000 euros) d’amende.

Mais les deux prévenus ont été condamnés le 28 mars à des amendes de 6’000 et 8’000 dollars hongkongais. « Cette condamnation nous rappelle que les pénalités à Hong Kong doivent être renforcées afin de refléter la gravité des crimes commis contre la faune sauvage et représenter une dissuasion efficace pour les trafiquants d’ivoire illégal« , a déclaré dans un communiqué Yannick Kuehl, de l’ONG Traffic.

Pour cette association, Hong Kong fait perdurer le commerce d’ivoire en autorisant la vente d’objets en ivoire issus des stocks officiels constitués avant l’interdiction du commerce en 1990.

Save The Elephants accusent les trafiquants de profiter de cette législation pour se livrer à une contrebande à grande échelle. Dans un rapport présenté en juillet 2016 à Nairobi, l’organisation affirmait que des défenses récemment braconnées étaient vendues sous la fausse appellation d’ivoire ancien et que plus de 90% des ventes étaient destinés à la Chine continentale.

L’ancien chef du gouvernement hongkongais Leung Chun-ying  assuré que « des mesures pour interdire totalement la vente de l’ivoire à Hong Kong » seront mises en place. « Ce sera une interdiction totale. Et en ce qui concerne le calendrier, nous allons le faire rapidement, aussi vite que possible », a-t-il indiqué à l’époque. La question est de savoir si la nouvelle cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, va mettre en place ce nouveau calendrier.

Interdiction totale du commerce de l’ivoire d’ici la fin de 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *