Une société chinoise et son directeur général ont été ciblés par des mesures punitives de la part des États-Unis, pour avoir «violé les lois américaines» en achetant du pétrole iranien, a déclaré Mike Pompeo.

Dans un discours en Floride, le secrétaire d’États américain, Mike Pompeo, a indiqué que « les États-Unis ont appliqué des sanctions contre une entreprise chinoise qui a acheté du brut iranien en violant les interdictions américaines relatives à de tels achats ».

Selon les informations du Trésor des États-Unis, les mesures punitives concernent la société chinoise Zhuhai Zhenrong et son directeur général, Youmin Li.

«Ils ont violé les lois américaines, en acceptant du pétrole brut», a souligné Mike Pompeo. Ce dernier a ensuite insisté pour que les sanctions soient introduites dans le cadre de la campagne visant à imposer une pression maximale à l’Iran.

«Nous avons toujours dit que les sanctions seraient appliquées. Nous ne pouvons pas tolérer que l’argent continue d’arriver aux ayatollahs, mettant en danger la vie des soldats américains», a ajouté Mike Pompeo.

Washington a de nouveau imposé depuis août 2018 des sanctions économiques contre Téhéran, suite à la décision de Donald Trump de dénoncer unilatéralement l’accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015. Depuis novembre 2018, tous les pays sans exception sont passibles de sanctions américaines s’ils achètent du pétrole à l’Iran.

De son côté, le gouvernement chinois a fermement dénoncé ces mesures punitives «illégales» imposées par les États-Unis contre Zhuhai Zhenrong. Beijing a souligné être «résolument opposé à l’application par les États-Unis de sanctions unilatérales», a précisé l’Agence France Presse.

«Nous exhortons avec véhémence les États-Unis à immédiatement corriger leurs façons de faire erronées, et à mettre un terme à ces sanctions illégales», a déclaré Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«La Chine exprime sa ferme opposition et sa condamnation véhémente face aux sanctions américaines visant cette entreprise», a déclaré cette dernière, ajoutant que «la Chine prendra toutes les mesures nécessaires pour protéger fermement les droits et intérêts légitimes de ses entreprises et particuliers».

«Nous avons souligné à plusieurs reprises que la coopération énergétique entre l’Iran et la communauté internationale, y compris la Chine, s’inscrivait dans le cadre du droit international, qu’elle était raisonnable et légitime, et qu’elle devait être respectée et protégée», a-t-elle ajouté.