De notre partenaire Chinafrique.Com«Ce sont les entrepreneurs qui vont propulser l’économie africaine», a affirmé Jack Ma, président exécutif du groupe Alibaba, géant de l’e-commerce chinois, lors de son deuxième voyage en Afrique en août dernier.

Prenant la parole lors d’un événement spécial à Johannesburg, et il y a annoncé un nouveau prix, d’une valeur totale de dix millions de dollars, destiné à soutenir les entrepreneurs africains.

Six mois plus tard, l’Africa Netpreneur Prize Initiative (ANPI) voyait le jour et a lancé officiellement un appel aux candidatures le 27 mars 2019. Au cours de la prochaine décennie, concourront annuellement dix finalistes provenant de tout le continent africain.

Ils s’affronteront pour un prix d’un million de dollars. Les dix finalistes recevront une subvention de la Fondation Jack Ma (FJM), ainsi qu’un accès à la communauté des Netpreneurs africains, qui leur apportera ressources, conseils et expertises.

«Nous encourageons fortement les jeunes et les femmes entrepreneurs à postuler», confie Beth Yu à CHINAFRIQUE, secrétaire générale exécutive de la FJM, ajoutant qu’en plus des dix finalistes, d’autres participants, comme les 50 ou 100 meilleurs candidats, recevront également une formation ou des conseils au cours du processus, avec le soutien de partenaires locaux.

Pour mener à bien ce concours, quatre partenaires régionaux ont été nommés. Nine à Abuja, RiseUp au Caire, 22 On Sloane à Johannesburg et Nailab à Nairobi, couvrant ainsi les quatre points cardinaux du continent. «Cette initiative a réuni un solide écosystème d’acteurs pour soutenir à la fois les entreprises axées sur la technologie et les entreprises traditionnelles. Nous sommes impatients de dévoiler la liste complète des partenaires régionaux et de recevoir les candidatures d’entrepreneurs africains prometteurs dans les prochaines semaines», s’est enjoué Sam Gichuru, fondateur et PDG de Nailab.

Graca Machel, membre du conseil consultatif de l’ANPI, a quant à elle rapporté que les partenaires régionaux contribueraient au soutien de «l’approche inclusive et communautaire» du prix. «Il y a tellement d’entrepreneurs héroïques dans l’ombre, hommes et femmes, qui, une fois mises en avant, peuvent changer le monde de l’entrepreneuriat en Afrique. Je suis heureuse que les organisateurs aient décidé de faire des femmes une priorité», a-t-elle souligné.

Les dix millions de dollars sont entièrement financés par les fonds propres de Jack Ma, a-t-il expliqué lors de la conférence de presse suivant le Sommet de la jeunesse africaine Youth Connket, à Kigali au Rwanda, en juillet 2017. C’est au cours de ce premier voyage en Afrique qu’il a eu l’idée de créer ce prix.

Il y a rencontré de nombreux entrepreneurs ayant de bonnes idées et il se devait de les soutenir. «Je veux montrer ma confiance en l’Afrique. J’ai donc aménagé un fonds spécial de dix millions de dollars pour les jeunes entrepreneurs africains, à la FJM, afin de les aider à réaliser leurs rêves et leurs idées», a poursuivi le philanthrope. Depuis sa première visite sur le continent en 2017, Jack Ma a noué un lien indissoluble avec l’Afrique.

Esprit d’entrepreneuriat

Ces deux dernières années, l’attention que Jack Ma porte à l’Afrique n’a cessé de croître. Alibaba dispose de plans stratégiques à long terme en Afrique. L’un d’eux est de former les jeunes Africains aux capacités numériques afin de bâtir sur place un écosystème durable.

L’ANPI est la deuxième initiative lancée par Jack Ma pour soutenir les entrepreneurs africains. En 2017, Alibaba Business School et la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ont annoncé ensemble l’initiative eFounders.

Le programme formera 1 000 entrepreneurs de pays émergents dans les cinq années à venir, dont 200 viendront d’Afrique. Jusqu’à maintenant, 52 entrepreneurs africains ont participé à cette initiative au siège d’Alibaba à Hangzhou, en Chine. «En ce qui concerne la formation des lauréats, nous voulons coopérer avec Alibaba, qui a déjà beaucoup d’expérience», a certifié Mme Yu.

Le soutien des gouvernements locaux est indispensable pour favoriser l’entreprenariat. «Notre programme ressemble à un programme d’éducation, dotant les jeunes Africains de l’esprit entrepreneurial. Cela exercera une influence sur tout le continent, ce qui permettrait d’attirer l’attention des gouvernements locaux et pourrait amener à des politiques plus favorables sur la fiscalité et le financement», a-t-elle expliqué.

Ceci est approuvé par les partenaires internationaux. « Il faut engager un dialogue avec les gouvernements des pays africains. Ils doivent attacher une plus grande importance à l’entrepreneuriat et au développement du commerce électronique », précise Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED.

«Sur les 1,2 milliard de personnes que compte le continent africain, 60 % ont moins de 24 ans. Les 100 lauréats, au cours des dix prochaines années, seront des exemples pour les autres jeunes. À travers notre programme, nous voulons en faire des modèles inspirants, qui pourraient ensemble promouvoir le développement économique des pays africains», a conclu Mme Yu.

La Fondation Jack Ma (FJM)
La Fondation Jack Ma est une organisation caritative fondée en 2014 par Jack Ma, président exécutif du groupe Alibaba. Enregistrée dans la province du Zhejiang, la fondation a pour objectif de promouvoir le développement humain en harmonie avec la société et l’environnement. Sa mission est d’œuvrer pour un monde plus vert, une eau plus propre, des communautés en meilleure santé et une pensée plus ouverte. De l’éducation à l’environnement, en passant par la santé publique et le développement personnel dans le secteur philanthropique, la fondation entend éveiller la conscience sociale et la responsabilité de cultiver un modèle novateur et durable pour un monde meilleur.

Image de Une : Le PDG de Derrick Muturi, Herdy et le cofondateur de Kago Kagichiri, Eneza Education, discutent avec Jack Ma, lors de sa première visite en Afrique en 2017. (FJM)