Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa souhaite approfondir ses relations économiques avec la Chine, afin de développer son économie affectée depuis plusieurs années par les sanctions occidentales.

En visite en Chine jusqu’au 6 avril, Emmerson Mnangagwa a déclaré lors d’une interview à l’agence de presse Xinhua que la priorité de son gouvernement était de relancer l’économie avec comme objectif d’atteindre le revenu intermédiaire d’ici à 2030.

Pour cela, le Zimbabwe souhaite «profiter des ressources financières importantes, de l’expertise technique et de la technologie moderne de la Chine, amie sur laquelle il peut compter même en temps d’adversité», a indiqué le président zimbabwéen.

D’ailleurs, le successeur de Robert Mugabe a expliqué avoir choisi la Chine comme destination de sa première visite hors d’Afrique pour la remercier de son soutien en des temps difficiles pour le Zimbabwe.

«Je remercierai non seulement le président chinois mais également le peuple chinois d’avoir soutenu le Zimbabwe en des temps difficiles, lorsque l’Occident nous a imposé des sanctions», a-t-il indiqué.

Emmerson Mnangagwa a suivi une formation en Chine dans les années 1960, a-t-il rappelé. Ce dernier a fait part de «sa profonde admiration pour la campagne de lutte contre la corruption déployée par Xi Jinping en ces temps où le Zimbabwe cherche également à combattre ce fléau pour faciliter son développement économique».

«Je suis convaincu que je parviendrai à inviter des investisseurs chinois à venir au Zimbabwe lors des forums économiques au cours desquels je m’exprimerai en Chine et je leur présenterai les opportunités qui existent dans le pays ainsi que le climat et la sécurité d’investissement que nous avons créés dans notre juridiction», a indiqué ce dernier.

Emmerson Mnangagwa veut sortir son pays de 18 années d’isolement pour s’associer à la Chine, dans de nombreux secteurs, dont les infrastructures, l’agriculture, les mines, les transports et le tourisme. Pour cela, le gouvernement veut «approfondir nos relations économiques avec la Chine. Nous savons quelle voie suivre pour développer notre économie».  

Zimbabwe : Beijing maintient son soutien à la nouvelle présidence