vendredi, mai 24

Zimbabwe : Beijing maintient son soutien à la nouvelle présidence

La Chine a salué l’investiture du nouveau président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, démentant toute implication dans sa nomination à la tête du pays africain.

Ancien dauphin naturel de Robert Mugabe, Emmerson Mnangagwa avait été évincé de la vice-présidence début novembre. Ce dernier est parvenu à revenir au devant de la scène, tout en conservant des relations avec la Chine.

Ce dernier possède d’ailleurs des liens historiques avec la Chine, car il y a suivi une formation militaire avant de participer à l’indépendance du Zimbabwe contre le colonisateur britannique, proclamée en 1980.

Geng Shuang, « la Chine défend toujours le principe de non ingérence »

Le chef des armées du Zimbabwe, Constantino Chiwenga, était en visite dans la capitale chinoise, trois jours avant la crise politique qui a secoué Harare. Cette présence en Chine a soulevé des interrogations quant au rôle joué par la Chine dans la transition politique zimbabwéenne.

La venue de Constantino Chiwenga faisait partie des « interactions normales » entre les deux pays, a indiqué Geng Shuang, porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères. Ce dernier a précisé qu’elle « était prévue longtemps à l’avance et était approuvée par l’ex-président Mugabe« , assurant que « la Chine défend toujours le principe de non ingérence dans les affaires intérieures des autres pays et cette position demeure inchangée« .

Beijing a longtemps été un allié de poids sur la scène internationale du président Robert Mugabe, qui a d’ailleurs reçu en 2005, le Prix Confucius de la paix. La Chine est un partenaire commercial majeur du Zimbabwe, souvent décrié par les dirigeants occidentaux qui y dénoncent les atteintes aux droits de l’homme.

La Chine est l’un des rares pays a n’avoir pas pris position lorsque l’armée a placé Robert Mugabe et son épouse en résidence surveillée mi-novembre. Le ministère chinois des affaires étrangères avait déclaré la semaine dernière « respecter » la démission du dirigeant et rendu hommage à ce « bon ami » de la Chine.

« Nous félicitons le président Mnangagwa« , a assuré le porte-parole Geng Shuang. Ce dernier a ajouté que « nous soutenons le Zimbabwe dans sa marche vers un chemin conforme à sa situation nationale. Nous sommes persuadés que sous la direction de Emmerson Mnangagwa, le développement national du Zimbabwe poursuivra ses progrès« .

Xi Jinping invite Emmerson Mnangagwa à visiter la Chine

De son côté, l’envoyé spécial du gouvernement et ministre adjoint des affaires étrangères de Chine, Chen Xiaodong, a annoncé qu’il avait apporté un message de félicitations du président Xi Jinping à Emmerson Mnangagwa suite à son intronisation.

Lors d’un point presse’, Chen Xiaodong a assuré que « la Chine continuera de soutenir la voie de développement du Zimbabwe, adaptée à la situation de ce pays, et de renforcer la coopération mutuelle y compris sur la scène internationale« .

Le diplomate a indiqué que « dans son message, le président Xi Jinping a souligné que la Chine était désireuse de travailler avec le nouveau gouvernement du Zimbabwe pour faire avancer les relations bilatérales et approfondir la coopération dans divers domaines au bénéfice des deux pays ».

Xi Jinping a d’ailleurs invité Emmerson Mnangagwa à se rendre en visite en Chine à « un moment opportun pour les deux parties », tandis que Emmerson Mnangagwa a assuré que la Chine serait le premier pays dans lequel il se rendrait en visite en dehors de l’Afrique.

Le ministre adjoint des affaires étrangères de Chine a assuré que Emmerson Mnangagwa avait remercié le président pour ses souhaits lors de sa prise de fonctions, et transmis ses remerciements sincères à la Chine pour le soutien de ce pays au Zimbabwe au fil des années.

« Pour l’avenir, les deux parties ont convenu de développer des stratégies pour assurer un élargissement et un approfondissement de la coopération et injecter une plus grande dynamique au développement et à l’amélioration des conditions de vie des habitants du Zimbabwe », a conclu Chen Xiaodong.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *