La société française Renault et Geely Holding Group, le plus grand groupe automobile privé chinois, ont annoncé le 9 août avoir signé un protocole d’accord (« Memorandum of Understanding ») en vue d’établir de nouvelles formes innovantes de partenariats.

Geely ou Zhejiang Geely Holding Group

En Chine, les deux partenaires introduiront conjointement des modèles de véhicules hybrides sous la marque Renault. Et en Corée du Sud, Geely et Renault étudieront la possibilité de localiser la production de véhicules sur la base des plateformes « Lynk&Co », afin d’aider Renault Samsung Motors (RSM) à élargir sa gamme.

Suite à l’annonce de l’accord entre Geely Holding Group et Renault Group pour former une coentreprise de véhicules hybrides axée sur les marchés de la Chine et de la Corée du Sud, Bakar Sadik Agwan, Consultat senior du secteur automobile chez GlobalData, une société de données et d’analyse de premier plan, a expliqué que «la coentreprise verra des véhicules hybrides de marque Renault vendus en Chine, mais fabriqués en utilisant les installations, les chaînes d’approvisionnement et les technologies de Geely».

Selon lui, «il s’agit d’une évolution positive pour Renault, qui a multiplié les tentatives de percée sur le lucratif marché chinois mais n’a pas réussi à capter l’attention des acheteurs» en Chine.

Après plusieurs tentatives infructueuses de percer le marché chinois pendant plus de 20 ans, Renault a finalement prévu de quitter le marché en avril 2020 et d’annuler sa joint-venture existante avec le constructeur automobile local Dongfeng.

Lire aussi : Tencent va développer la technologie autonome et intelligente de Geely

Le ralentissement des ventes de véhicules et les perturbations créées par la pandémie de Covid-19 sont à l’origine de cette décision. Cependant, la joint-venture avec le plus grand constructeur automobile privé en Chine pourrait redynamiser la position de Renault.

Pour Geely, la coentreprise renforcera son rôle de courtier clé dans l’industrie automobile. La société avait pour objectif d’étendre sa portée mondiale et ses ventes annuelles par le biais de partenariats et/ou d’acquisitions de marques régionales et/ou mondiales pour pénétrer de nouvelles régions.

Geely s’appuiera sur la présence de Renault Samsung Motors depuis deux décennies sur le marché sud-coréen et localisera les plates-formes de véhicules économes en énergie Lynk & Co de Geely pour le marché local.

Les marques, coentreprises et relations OEM les plus importantes de Geely incluent Volvo Cars, Polestar, Proton, Lotus, LEVC, Daimler, Smart, Volvo Trucks et maintenant Renault.

Les partenariats mondiaux entre les constructeurs automobiles pour tirer parti de la force régionale de chacun se sont avérés gagnant-gagnant dans de nombreux cas et constituent désormais une voie privilégiée pour un meilleur résultat net.

Le dernier accord s’inscrit dans le cadre des nouvelles priorités stratégiques de Renault, le «Plan de Renaulution», comme l’appelle l’entreprise et annoncé début 2021, qui vise à se concentrer sur le marché asiatique.

Cela inclut un engagement à réintégrer le marché chinois, mais plutôt avec prudence. Le partenariat avec Geely présente pour Renault moins de risques que de partir seul, a analysé Bakar Sadik Agwan.