Selon les dernières données économiques de la Banque Populaire de Chine, les réserves de devises étrangères du pays ont « rebondi de façon inattendue » en juin, après avoir atteint en mai leur plus bas niveau depuis 2011.

La Chine détient les réserves de changes, les plus importantes au monde, après chute de 28 milliards de dollars en mai, elles ont augmenté de près de 13 milliards de dollars (11,31 milliards d’euros); pour atteindre, en juin, 3’210 milliards de dollars (2792,7 milliards d’euros).

Ce rebond a surpris les analystes sondés par Bloomberg, qui anticipaient un nouveau repli de 20 milliards de dollars (17,4 milliards d’euros). Cette embellie s’expliquerait pas les fluctuations dues au Brexit (sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne). Pour d’autres économistes, les réserves de devises ont augmenté en raison des mesures d’interventions de la Banque sur le marché des changes.

Pour les médias chinois, « la Chine a commencé à enregistrer une tendance à la baisse en novembre 2015, due à des inquiétudes concernant la faiblesse du yuan et à la sortie de capitaux. Elles ont repris leur croissance en mars, alors que les inquiétudes ont connu une atténuation suite aux signes montrant que la croissance économique se stabilisait ». 

Les réserves en devises étrangères dominées dans les droits de tirage spéciaux (DTS), capital de réserves international, ont augmenté de 16,16 milliards de DTS pour atteindre 2’290 milliards de DTS en juin, selon des données de la banque centrale.

Fin 2015 et début 2016, la banque avait tout fait pour contrer la dépréciation rapide du renminbi (yuan) face au dollar et suite à la fuite constante et croissante des capitaux.

Pour soutenir sa monnaie, Beijing avait racheté des yuans en puisant dans ses réserves de changes, qui s’étaient effondrées, à 3’650 milliards de dollars (3’175,5 milliards d’euros), en juillet 2015.  Malgré les interventions, la banque centrale « laisse le yuan se déprécier au gré de la demande et de l’offre« , a estimé Nathan Chow, expert de DBS Group cité par Bloomberg-AFP.

D’après ce dernier, le yuan « continuera de s’enfoncer, car c’est visiblement la direction choisie par Beijing pour (relancer) une économie à la peine ». Cette chute fait fuir les capitaux hors du pays.

En début d’année, la banque centrale chinoise annonçaient que les entreprises et les particuliers ont fait sortir presque 1’000 milliards de dollars (900 milliards d’euros) de Chine depuis un an et demi. En un moins, décembre 2015, les chinois ont acheté 250 milliards de dollars (217,5 milliards d’euros).

Concernant, les réserves officielles en or. Elles ont atteint 77,43 milliards de dollars (67,4 milliards d’euros) en juin, contre 70,48 milliards de dollars (61,3 milliards d’euros) en mai, selon les données.