dimanche, juin 23

Risque de «conflit» : la Chine met en garde les Etats-Unis

La Chine a accusé le 7 février les États-Unis d’attiser les tensions entre les deux puissances et a mis en garde contre le risque de «conflit» et de «confrontation».

Les tensions entre la Chine et les Etats-Unis se sont multipliés ces dernières années: la situation à Hong Kong, la guerre commerciale, le statut de Taïwan, les tensions en mer de Chine méridional, la situation au Xinjiang, et la concurrence technologique.

En janvier, la destruction par les États-Unis d’un ballon chinois a accentué la mésentente, l’administration Biden accusant l’engin d’espionner son territoire, ce que la Chine dément fermement.

Retrouvez les articles concernant le « ballon chinois »

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, a déclaré que «si les États-Unis continuent de s’engager sur la mauvaise voie et ne freinent pas, aucun garde-fou ne pourra empêcher le déraillement» des relations entre la Chine et les Etats-Unis.

En cas d’escalade des tensions, «il y aura inévitablement un conflit et une confrontation», a ajouté ce dernier lors d’une conférence de presse. «Qui en supportera les conséquences catastrophiques?», a posé le ministre, qui s’exprimait en marge de la session annuelle du Parlement.

Le 6 février, le président Xi Jinping avait déploré «l’endiguement» et la «répression» des Occidentaux visant la Chine, citant nommément les États-Unis et appelant le secteur privé à innover davantage pour rendre son pays moins dépendant de l’étranger.

Les ambitions de la Chine concernant les technologies de pointe sont la cible de restrictions croissantes de la part des Etats-Unis et ses alliés, obligeant les entreprises chinoises à trouver des alternatives pour pallier le manque d’importations cruciales.

La concurrence entre la Chine et les États-Unis pour la fabrication des semi-conducteurs est devenue féroce. Car ces composants électroniques sont indispensables au fonctionnement des téléphones intelligents, des voitures connectées, mais aussi des équipements militaires.

Sous couvert de sécurité nationale, les Etats-Unis ont multiplié ces derniers mois les sanctions contre des fabricants de puces chinois, qui ne parviennent plus à s’approvisionner en technologies américaines.

«Les facteurs incertains et imprévisibles ont considérablement augmenté» pour la Chine, a déclaré Xi Jinping, selon un compte-rendu de l’agence de presse Xinhua. «Des pays occidentaux, menés par les États-Unis, ont mis en œuvre une politique d’endiguement, d’encerclement et de répression contre la Chine, ce qui a entraîné des défis sans précédent pour le développement de notre pays», a-t-il ajouté.

Pour la première fois, Xi Jinping, a ouvertement et directement critiqué les Etats-Unis, ce qui est une chose assez inhabituelle pour le président chinois. Signe des tensions croissantes entre les deux pays, et de la teneur des sanctions contre les entreprises chinoises.

Ce dernier a expliqué devant des membres d’un comité consultatif lors de la session annuelle du Parlement chinois, que «face aux changements profonds et complexes à l’international comme en Chine, il convient de rester calmes, concentrés […], d’agir de façon proactive, de faire preuve d’unité et d’oser batailler» pour réussir.

Lors d’un point presse, le 7 février, le ministre chinois des Affaires étrangères, Qin Gang, a lui aussi déploré l’état actuel des relations sino-américaines : «je pense juste que ce qui détermine les relations sino-américaines, ce devrait être les intérêts communs, les responsabilités communes et l’amitié entre les deux peuples».

«Mais pas la politique intérieure américaine et cette espèce de néo-maccarthysme hystérique» dirigé contre la Chine, a-t-il fait valoir, renvoyant aux critiques répétées de la classe politique américaine contre son pays.

L’ancien ambassadeur aux États-Unis, Qin Gang a également déploré les accusations de certains pays occidentaux, qui affirment sans preuve que la Chine a l’intention de fournir des armes à la Russie pour sa guerre contre l’Ukraine. Le ministre a déclaré que Pékin n’acceptera ni «les sanctions» ni «les menaces» de Washington et ses alliés.

Lire aussiUkraine: Antony Blinken assure que la Chine va armer la Russie, Pékin nie

Fin février, la Chine avait publié un document en 12 points exhortant la Russie et l’Ukraine à tenir des pourparlers de paix. Le texte appelle au respect de l’intégrité territoriale de tous les pays. Laissant entendre celle de l’Ukraine, dont une partie du territoire est contrôlée par les Russes.

Lire aussiPékin réaffirme sa position sur l’Ukraine

Légèrement salué par l’Ukraine, ce document chinois avait été accueilli avec plus de scepticisme du côté occidental, car la Chine, officiellement neutre, n’a jamais condamné publiquement la Russie.

Qin Gang a déclaré que la Chine n’était «ni à l’origine de la crise ni partie prenante, et qu’elle n’a fourni d’armes à aucune des parties», appelant à entamer des pourparlers de paix «dès que possible». De plus, la relation entre la Chine et la Russie ne constitue «une menace pour aucun pays du monde», a-t-il souligné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *