Le Nigeria envisage de finaliser un emprunt de 1,3 milliard de dollars avec la Chine et d’emprunter près d’ 1 milliard de dollars auprès de la Banque mondiale pour financer des projets ferroviaires, a annoncé la ministre des Finances, Kemi Adeosun.

La ministre a indiqué que le Nigeria devrait signer prochainement un accord de prêt de 1,3 milliard de dollars avec la Banque chinoise d’import-export (China Exim Bank). Le pays le plus peuplé du continent est obligé de recourir à l’emprunt extérieur pour combler le déficit record de son budget 2017, d’un montant de 23,17 milliards de dollars (21,15 mds €).

Président Geoffrey Onyeama du Nigéria et le ministre des AE Wang Yi

Ce nouvel emprunt chinois vient s’ajouter au 40 milliards de dollars annoncé par le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, à l’issue d’une rencontre bilatérale à Abuja avec son homologue nigérian Geoffrey Onyeama, en janvier.

Cette enveloppe de 40 milliards (36,5 mds €) vient s’ajouter aux 45 milliards de dollars (41 mds €) déjà débloqués par Beijing en vue de financer des projets lancés par le gouvernement d’Abuja, notamment dans le domaine du transport.

En 2016, l’économie nigériane a plongé en récession, pour la première fois depuis 25 ans. D’après les données du Fonds monétaire international (FMI), le PIB du pays s’est contracté à 1,7%, en raison de la chute du prix du pétrole. L’économie du pays tire 70% de ses revenus et environ 90% de ses recettes en devises des exportations du pétrole.

Pour 2017, le FMI prévoit une croissance de 0,8% pour l’économie nigériane, un chiffre inférieur à la dernière prévision de la Banque mondiale, de 1%, en raison de la légère hausse prévue des prix du pétrole et à l’augmentation de la production pétrolière qui devrait doper les recettes intérieures.