En dépit du nombre croissant de personnes contaminée, par le virus de la grippe aviaire H7N9. Les autorités sanitaires ont découvert une mutation du virus chez plusieurs patients infectés en janvier, laissant craindre une propagation plus rapide chez les volailles.

Cependant, le risque de transmission entre humains ne semble pas augmenter. Toutefois, l’OMS estime « intrigant » que certaines volailles infectées n’affichent aucun symptôme.

Le porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier, a dit que « cette éclosion de H7N9 est la troisième à survenir en Chine depuis 2013, causant au moins 73 morts et 425 infections confirmées« . A contrario, les autorités chinoises évoquent un bilan encore plus lourd.

En effet, le seul mois de janvier, la Commission régionale de la santé et de la planification familiale a fait part de 192 cas humains de H7N9, en Chine continentale, dont 79 décès, « faisant de cette épidémie la plus meurtrière depuis que le virus est apparu en Chine en 2013 », a indiqué la Commission.

Christian Lindmeier a souligné que les responsables chinois ont détecté 3 zones « où une transmission limitée d’humain à humain ne peut pas être totalement exclue ». Craignant une propension du virus, les autorités provinciales ont ordonné la fermeture des marchés de volailles vivantes dans le centre-sud du pays.

Le virus ne se transmet pas par la nourriture et est inoffensif pour les humains, a précisé l’OMS. Mais par prévention, l’Agence des produits alimentaires et médicamenteux de Beijing (Beijing Food and Drug Administration) a indiqué qu’elle va continuer à « fournir de l’aide et des conseils pour les essais cliniques des vaccins, afin qu’ils puissent entrer sur le marché dès que possible ».

D’ailleurs, l’entreprise publique Beijing Tiantan Biological Products Co., a mis au point des vaccins, dont les essais cliniques ont été approuvé par la BFDA. La société a indiqué ce mercredi 22 février qu’elle devra effectuer d’autres procédures, après la conclusion des essais cliniques, avant que les vaccins puissent être vendus sur le marché, dont une demande d’enregistrement des médicaments et l’obtention de certificats pour leur fabrication auprès de la CFDA.

Plusieurs autres entreprises ont obtenu l’approbation de la CFDA pour des essais cliniques sur des produits similaires, il n’existe actuellement aucun vaccin disponible contre la souche H7N9 de la grippe aviaire, qui est plus active en hiver et au printemps.