Le ministre sans portefeuille John Deng, en charge des négociations commerciales pour Taiwan, et la représentante adjointe américaine au commerce Sarah Bianchi, ont annoncé le lancement de l’« Initiative Etats-Unis – Taiwan sur le commerce du XXIe siècle ».

Cette initiative vise à trouver des moyens concrets d’approfondir la relation économique et commerciale bilatérale et d’élaborer une feuille de route en vue de la négociation d’accords économiques ambitieux.

Dans ce cadre, Taipei et Washington concentreront leurs discussions sur onze domaines, dont le renforcement du commerce numérique, la facilitation des échanges, les pratiques réglementaires, le développement des petites et moyennes entreprises ou encore la lutte contre la corruption, indique le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

TAÏWAN SATISFAIT

Le ministère taiwanais des affaires étrangères a indiqué que Taiwan et les Etats-Unis disposent déjà de plateformes pour leur dialogue économique et commercial, en particulier l’Accord-cadre sur le commerce et les investissements entre Taiwan et les Etats-Unis (TIFA), le Dialogue partenarial pour la prospérité économique et la Collaboration sur le commerce et les investissements technologiques.

« Grâce à cette nouvelle initiative Taiwan et les Etats-Unis devraient être en mesure de développer un partenariat économique et commercial plus complet et plus substantiel qui contribuera à connecter encore davantage Taiwan à l’économie mondiale et à approfondir la coopération économique et commerciale entre Taiwan et les Etats-Unis dans la région indopacifique », a indiqué le ministère taiwanais des affaires étrangères.

La première réunion de cette « Initiative Etats-Unis – Taiwan sur le commerce du XXIe siècle » se tiendra à la fin du mois de juin à Washington sous l’égide du Bureau de représentation économique et culturelle de Taipei aux Etats-Unis et de l’Institut américain à Taiwan.

Le ministère des Affaires étrangères et les autres ministères concernés par les questions économiques et commerciales continueront de renforcer le partenariat économique et commercial avec les Etats-Unis, assure le communiqué.

Taipei a réitéré sa volonté de participer au Cadre économique de l’Indopacifique pour la prospérité, lancé par les Etats-Unis le 23 mai par le président Joe Biden lors d’une tournée en Asie.

UNE AMBIGUÏTÉ AMÉRICAINE

Le Cadre économique pour l’Indo-Pacifique (Indo-Pacific Economic Framework, IPEF) n’est pas un accord de libre-échange, mais il est censé faire contrepoids à la Chine en facilitant le libre-échange entre ses pays signataires via l’adoption de normes communes dans le secteur numérique, les chaînes d’approvisionnement, les énergies vertes et la lutte contre la corruption.

Pékin, qui a été délibérément exclu, avait fait savoir via son ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, qu’il considérait le projet américain « voué » à l’échec.

Taïwan ne fait pas encore partie de l’IPEF mais une haute responsable américaine a indiqué que ce n’était pas exclu. « Nous n’avons pas inclus Taïwan dans le lancement initial. Cependant, à l’avenir, nous avons l’intention d’adopter une approche flexible concernant la participation à l’IPEF », a-t-elle déclaré aux journalistes.

Elle a rappelé la « politique de longue date d’une seule Chine«  appliquée par Washington, mais a déclaré que l’administration Biden entretenait également une « relation non officielle solide avec Taïwan qu’elle s’engage à l’approfondir ».

Interrogée sur la manière dont Pékin pourrait réagir à l’annonce de cette initiative Taïwan-États-Unis, une autre responsable de l’administration Biden a déclaré : « Je ne vais certainement pas spéculer ou parler au nom de Pékin. »

Les États-Unis, comme l’immense majorité des pays au monde, ne reconnaissent pas officiellement Taïwan. Cependant, Washington est le plus important partenaire et fournisseur d’armes de Taïpei. Ces discussions commerciales sont lancées peu après l’annonce d’un nouveau partenariat économique en Asie-Pacifique, divulgué le 23 mai par le président Joe Biden lors d’une tournée en Asie.

Les États-Unis et Taïwan sont liés depuis 1994 par «un cadre» pour le commerce et les investissements. Taïpei a également rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC) en 2002, ce qui a contribué à la croissance du commerce bilatéral. La prochaine étape de la relation économique serait ainsi un accord commercial formel qui reste encore en suspend dans un contexte politique complexe.

LA CHINE EXHORTE LES ÉTATS-UNIS A CESSER SES ÉCHANGES AVEC TAÏWAN

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a exhorté washington à respecter strictement le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains, pour cesser toute forme d’échanges officiels avec Taiwan.

« La Chine s’oppose fermement à toute forme d’échanges officiels entre Taiwan et les pays ayant des liens diplomatiques avec la Chine, y compris la négociation et la signature d’accords ayant une signification souveraine et une nature officielle », a indiqué le porte-parole, Zhao Lijian, lors d’une conférence de presse quotidienne.

Ce dernier a indiqué que « les Etats-Unis avaient récemment fait de nombreuses démarches sur la question de Taiwan. En substance, elles violent le principe d’une seule Chine, encouragent les forces séparatistes de l' »indépendance de Taiwan », et perturbent la paix et la stabilité à travers le détroit de Taiwan ».

« Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, et Taiwan est une partie inaliénable du territoire de la Chine. Le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légal représentant l’ensemble de la Chine », a indiqué le porte-parole,

Ce dernier a rappelé qu’il s’agissait non seulement du consensus universel de la communauté internationale, mais aussi des engagements solennels pris par les Etats-Unis dans les trois communiqués conjoints sino-américains.

Washington doit strictement respecter le principe d’une seule Chine et les trois communiqués conjoints sino-américains pour « cesser toute forme d’échanges officiels avec Taiwan, arrêter de négocier et de signer tout accord ayant une signification souveraine et une nature officielle, et s’abstenir d’envoyer des signaux erronés aux forces séparatistes de l' »indépendance de Taiwan », a-t-il noté.

« Nous avons également cet avertissement ferme à l’intention des autorités du Parti démocrate progressiste : cessez de chercher à obtenir l »indépendance de Taiwan’ en sollicitant le soutien américain dès que possible. Sinon, plus haut vous sauterez, plus dure sera la chute », a ajouté le porte-parole de la diplomatie chinoise.