Les Etats-Unis ont déposé une nouvelle plainte contre la Chine devant l’Organisation Mondiale du Commerce pour la 14ème fois, au cours des deux mandats de Barack Obama, et la 23ème au total, selon la Maison Blanche. Cette nouvelle plainte a suscité de vives réactions de la part cu ministère chinois du commerce.

Le représentant américain au commerce Michael Froman a déposé une plainte contre la Chine devant l’OMC pour dénoncer un « soutien excessif » à la production céréalière chinoise.

Ce dernier a affirmé que « le soutien aux prix du marché » apporté par Beijing aux secteurs du riz, du blé et du maïs en 2015 a dépassé les 100 milliards de dollars (88 milliards d’euros), niveau que la Chine s’était engagé à respecter lors de son adhésion à l’OMC en 2001.

Selon le communiqué du Bureau américain, ce soutien gouvernemental a fait grimper le prix des céréales chinoises « au-dessus des niveaux du marché » et créé des « incitations gouvernementales artificielles » encourageant les agriculteurs chinois à augmenter la production. Une situation portant atteinte à la compétitivité des agriculteurs américains dans le monde entier, selon ce dernier.

Le ministère chinois du commerce a assuré que ses subventions à ses céréaliers étaient « conformes aux règles de l’OMC« . « Le soutien du gouvernement à l’agriculture permet de maintenir le moral des cultivateurs, d’élever les capacités de production du pays. C’est une pratique internationale ordinaire, et c’est autorisé par les règles de l’OMC« , a expliqué un responsable du ministère à l’Agence France Presse.

Ce dernier a indiqué que « l’agriculture est un secteur productif fondamental pour tous les pays« , assurant qu’il était crucial de préserver « les intérêts économiques de la masse des producteurs agricoles« .

Suite à cette plainte, le ministère a décidé d’adopter des mesures conformément aux protocoles de règlement des différends de l’OMC et défendra les intérêts de la Chine. Le ministère a d’ailleurs assuré que le gouvernement allait continuer à « soutenir le secteur agricole conformément aux règles de l’OMC et renforcera le système d’échanges agricoles« .

Pour ce dernier, le gouvernement de Barack Obama « veut montrer qu’il adopte une position ferme sur l’application des accords commerciaux, afin d’inciter le Congrès à ratifier le Partenariat trans-pacifique (TPP) plus tard cette année« .

Pour preuve, le ministère chinois a mit en avant les déclarations du président américain, assurant qu’il fallait « faire respecter les règles en vigueur n’est pas suffisant » et qu’il « est encore plus important de finaliser le TPP dans les plus brefs délais« .

De son côté, Barack Obama a indiqué que cette 14ème plainte « devrait mettre fin aux subventions illégales de la Chine (…) et permettre aux fermiers américains de se battre à armes égales ».