Treize Canadiens ont été détenus en Chine depuis l’arrestation le 1er décembre au Canada de la directrice financière du géant chinois Huawei, Meng WAnzhou. Huit personnes ont été remis en liberté, a indiqué jeudi un porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères.

« Les Affaires étrangères sont au courant que 13 citoyens canadiens ont été détenus en Chine, hors Hong Kong, depuis le 1er décembre 2018. Nous pouvons confirmer qu’au moins huit d’entre eux ont été relâchés », a déclaré Guillaume Bérubé, porte-parole du ministère.

D’après l’Agence France Presse, ce dernier a refusé à donner plus de précisions, notamment sur l’identité des Canadiens détenus, conformément à la législation sur la protection de la vie privée.

Parmi les Canadiens détenus figurent l’ex-diplomate Michael Kovrig et le consultant Michael Spavor, arrêtés le 10 décembre par les autorités chinoises, officiellement pour activités « menaçant la sécurité nationale ».

De son côté, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a indiqué n’avoir « aucune information sur ce dossier spécifique ». « Je souhaiterais souligner que la Chine est un Etat de droit. La Chine garantit la sécurité ainsi que les droits et les intérêts légitimes des ressortissants étrangers sur son sol », a-t-il ajouté.

D’après Ottawa, près de 200 Canadiens ont actuellement des démêlés avec la justice chinoise pour des infractions présumées de nature diverse. « Plusieurs » sont en liberté sous conditions, a souligné Guillaume Bérubé.

Retrouvez l’ensemble des articles relatifs au conflit entre la Chine et le Canada : ici…