La Chine a annoncé le 22 janvier la création d’un nouveau centre de surveillance et de recherche sur les gaz à effet de serre et la neutralité carbone. L’objectif est de contribuer davantage à la lutte contre le changement climatique.

L’Administration météorologique chinoise a ouvert ce Centre de surveillance et d’évaluation des gaz à effet de serre et de la neutralité carbone à Beijing. « Il devrait jouer un rôle crucial en apportant un soutien technique et scientifique aux chercheurs », a indiqué cette administration.

Selon Zhang Xiaoye, chercheur à l’Académie chinoise des sciences météorologiques, «le centre rassemblera des scientifiques de haut niveau dans le domaine, tant nationaux qu’étrangers, et en plus de fournir des moyens d’atteindre la neutralité carbone, il nous aidera également à faire des percées technologiques au cours des trois à cinq prochaines années».

Le centre est chargé de créer un système pour évaluer l’efficacité des efforts du pays pour lutter contre le changement climatique, a indiqué Zhang Xiaoye, au CIIE, qui a également précisé que le recrutement des membres du personnel devrait être terminé dans les deux prochains mois et qu’un comité directeur scientifique sera également activé en avril pour guider le fonctionnement du centre.

Le président Xi Jinping

Le président Xi Jinping avait annoncé dans un discours prononcé par vidéo à la 75ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2020 que la Chine s’efforcerait de plafonner ses émissions de dioxyde de carbone avant 2030 et d’atteindre la neutralité carbone avant 2060.

Lire aussi : Xi Jinping assure le respect de son engagement de neutralité carbone

Xi Jinping a également déclaré que l’une des leçons de la pandémie de Covid-19 est que l’humanité doit suivre une voie de développement vert et un mode de vie vert.

En décembre 2020, le président chinois a annoncé au Sommet Ambition Climat que d’ici 2030, la Chine réduira ses émissions de dioxyde de carbone par unité de PIB de plus de 65% par rapport au niveau de 2005.

La Chine augmentera sa part de combustibles non fossiles dans la consommation d’énergie primaire à environ 25%. De même, d’ici 2030, la Chine augmentera également son stock forestier de 6 milliards de mètres cubes par rapport au niveau de 2005 et portera sa capacité installée totale d’énergie éolienne et solaire à plus d’1,2 milliard de kilowatts.

Selon Duan Yihong, président de l’Académie chinoise des sciences météorologiques, la création de ce centre «témoigne de la détermination de la Chine à poursuivre une voie de développement verte». «C’est une action concrète que la Chine a entreprise pour relever le défi climatique», a t-il noté.