mercredi, mai 22

Un éditorialiste économique censuré pour avoir « monté en épingle » le taux de chômage

Un influent éditorialiste économique chinois, qui avait notamment comparé les difficultés économiques actuelles de la Chine à la crise de 1929, a été banni d’un réseau social pour avoir « monté en épingle » le taux de chômage.

Selon l’agence de presse belge, Belga, Wu Xiaobo, suivi par 4,7 millions d’abonnés sur Weibo, est « actuellement interdit de publication en raison d’une violation des lois et règlements en vigueur« , a indiqué un message sur la page d’accueil de son compte.

Lire aussi : Non, un jeune chinois sur cinq n’est pas au chômage

Le 26 juin, le réseau social avait indiqué avoir bloqué l’éditorialiste et deux autres utilisateurs pour avoir « diffusé des informations négatives et préjudiciables, telles que le dénigrement du marché boursier » et « monté en épingle le taux de chômage« .

Un jeune Chinois, âgé de 16 à 24 ans, sur cinq est au chômage, selon des chiffres officiels. Le compte de Wu Xiaobo a été purgé de tous les messages publiés depuis avril 2022. Il est donc difficile de connaître les raisons de cette décision.

Lire aussiNouveau record du taux de chômage chez les jeunes

Les commentaires sur l’économie sont généralement plus libres que ceux sur les questions politiques. Cette censure risque d’accroître les inquiétudes des investisseurs étrangers quant à la transparence de la Chine en matière économique.

Ecrivain et ancien reporter, Wu Xiaobo a également une chronique régulière sur le site internet du respecté magazine financier chinois Caixin, où il évoque depuis des années les difficultés économiques du pays.

« L’immense armée de chômeurs est susceptible d’être le détonateur qui mette le feu aux poudres« , a écrit ce dernier le 18 mai, comparant la situation économique actuelle en Chine à la crise de 1929 partie des Etats-Unis.

Dans une autre publication datant de la fin du mois de mai, il se demandait si l’assouplissement monétaire en Chine pourrait réellement résoudre les difficultés économiques actuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *