Des débris d’une fusée chinoise de retour vers la Terre de manière incontrôlée. Il s’agit du dernier module de la station spatiale chinoise en construction Tiangong.

Une partie a brûlé le 4 novembre matin lors de son entrée dans l’atmosphère mais, le processus étant hors de contrôle, de plus gros fragments pourraient atterrir sur la surface de la Terre. Généralement, les débris atterrissent de manière contrôlée en mer.

La fusée CZ-5B a été lancée dans l’espace le 31 octobre, afin d’envoyer le troisième module de la station spatiale chinoise Tiangong en orbite terrestre. Cependant, la Chine n’a pas anticipé le retour de son lanceur, devenu un débris spatial.

La CZ-5B a atteint l’orbite, sans qu’aucune manœuvre de désorbitation ne soit prévue. DE fait, le véhicule spatial s’est retrouvé livré à lui-même, hors de tout contrôle, pour être redescendu en toute sécurité sur Terre.

Or la masse initiale du lanceur était estimée à plus de 22 tonnes. Sur l’ensemble des engins, il a été estimé que 5 à 9 tonnes devraient atteindre le sol lors de la retombée de la fusée sur Terre.

Lorsqu’un véhicule spatial est en orbite autour de la Terre, les pièces qui l’ont fait décoller ne sont plus nécessaires. Dans certains cas, elles reçoivent une poussée pour tomber à nouveau sous le coup de la gravité.

Par la suite, les débris plongent alors dans l’océan Pacifique entre le Chili et la Nouvelle-Zélande, soit l’endroit le plus éloigné de toute terre, soit près de 2.700 kilomètres. Dans d’autres cas, les fragments sont poussés vers le haut et restent en orbite autour de la Terre.

Les débris de la fusée Longue Marche 5B ont fini leur chute dans l’océan Pacifique. La catastrophe humaine a été évitée, mais la situation n’est pas réjouissante pour autant.

Le lanceur a fini sa descente à 11h01 (heure française) au sud de l’océan Pacifique, a confirmé l’United States Space Command, soulignant que la probabilité était faible que les gros débris du véhicule spatial tombent sur une zone peuplée.

Pour certains experts, le retour de la fusée chinoise, sans dommages, ne change pas la situation car faire retomber un lanceur sur Terre sans le contrôler est un choix complètement irresponsable.

«La Chine a de nouveau parié, et cette fois, elle a gagné : son étage de fusée est descendu au-dessus du Pacifique équatorial à 10h01 UTC. La chute incontrôlée d’objets de 20 tonnes est toujours irresponsable», a indiqué Jonathan McDowell.

Aucune perte humaine n’est à déplorer, mais la situation a suscité beaucoup d’inquiétude et a eu des conséquences. En Espagne, de nombreux aéroports ont dû fermer à cause de cette fusée chinoise, par mesure de précaution. Au sud de la Corse également, l’espace aérien français a aussi été fermé pendant une heure, entre 9h30 et 10h30.

D’ailleurs, l’étage de la fusée Longue Marche 5B (CZ-5B) s’est semble-t-il brisé en deux morceaux principaux. Selon l’astrophysicien Jonathan McDowell, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, «certains débris auraient pu aller jusqu’à Puerto Escondido», au Mexique.