Un homme âgé de 78 ans qui avait été testé positif au coronavirus est décédé, a annoncé le 21 février le ministre italien de la Santé.

Cette annonce constitue le premier décès dû à cette pneumonie virale enregistré en Italie. L’homme était hospitalisé depuis une dizaine de jours en Vénétie, dans le nord de l’Italie, pour une maladie non liée au coronavirus, a précisé le ministre, Roberto Speranza.

Le gouvernement italien a fait fermer tous les espaces publics et tous les événements sportifs et religieux ont été annulés le 21 février en Lombardie, une autre région du nord de l’Italie, en raison d’une multiplication des cas de contamination.

En effet, 14 nouveaux cas d’infection au coronavirus COVID-19 ont été confirmés dans la région italienne de Lombardie. Parmi ces cas confirmés, 6 ont été révélés dans la matinée du 21 février : un habitant de 38 ans de la ville de Codogno près de Milan, la capitale lombarde, et cinq de ses proches et amis. Cet homme a passé du temps avec un ami revenu d’un voyage en Chine le 21 janvier.

« Nous avons identifié huit autres cas positifs, parmi lesquels trois sont des patients et cinq des médecins et des infirmières de l’hôpital de Codogno », a précisé Giulio Gallera, conseiller régional de Lombardie, lors de cette conférence de presse.

Le ministre de la Santé, Roberto Speranza, a annoncé des mesures de fermeture dans dix autres villes, dont Codogno. « Nous devons circonscrire cette zone car l’objectif essentiel à atteindre dans les prochaines heures est de contenir le virus dans une zone géographique spécifique », a-t-il déclaré.

Pour cette raison, toutes les activités publiques et les événements sportifs sont suspendus dans ces dix villes, où les écoles, les magasins et les restaurants devront être fermés et où les gens sont priés de rester chez eux, a ajouté le ministre.

« Nous demandons à tous ceux qui viennent des zones touchées par cette épidémie de rester chez eux de manière obligatoire », a déclaré M. Speranza.