Communiqué CGTN – Dans son rapport au 20e Congrès national du Parti communiste chinois, le secrétaire général Xi Jinping a insisté 29 fois sur « l’ouverture ». Il souligne que la Chine suit la bonne voie en matière de mondialisation économique.

Il s’efforce de promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements, de faire progresser la coopération bilatérale, régionale et multilatérale et de renforcer la coordination des politiques macroéconomiques internationales. Elle s’est engagée à travailler avec d’autres pays afin de favoriser un environnement international propice au développement et de créer de nouveaux moteurs de croissance mondiale.

Wang Huiyao, directeur du Centre pour la Chine et la mondialisation, a déclaré que pour ceux qui ont vécu le dernier demi-siècle, la mondialisation est la réalité physique qui ne cesse de changer le mode de vie des gens, un élan qui incite les individus à changer la trajectoire de leur vie.

À partir de son expérience personnelle, il estime que si la Chine n’avait pas intégré la mondialisation à la réforme et à l’ouverture, il aurait manqué toutes les occasions de se réaliser, et la Chine serait également restée dans les limbes, sans réaliser tous les progrès. Il affirme que les études à l’étranger ont contribué à l’enrichissement de ses connaissances et de sa carrière, en lui apportant des compétences et des connaissances professionnelles sur la manière de travailler à l’échelle internationale, tout en cherchant à collaborer avec des personnes d’origines culturelles diverses.

L’intégration de la Chine dans le système mondial a créé de grands avantages. L’ouverture de la Chine a jeté les bases de la lutte contre la pauvreté. Depuis 1978, 770 millions de résidents ruraux vivant sous le seuil de pauvreté ont été sortis de la pauvreté. Le pays a atteint son objectif de réduction de la pauvreté de l’Agenda 2030 du développement durable des Nations Unies 10 ans plus tôt que prévu. La Chine est devenue la deuxième plus grande économie du monde et, au cours de la dernière décennie, elle a contribué à plus de 30 % de la croissance du PIB mondial.

Aujourd’hui, la mondialisation est confrontée à de nombreux défis. Les inégalités sociales, le changement climatique, les pandémies — tous les problèmes complexes inhérents au processus de mondialisation se sont transformés en une force puissante pour s’y opposer. Certains ont accusé la Chine d’être le saboteur de l’ordre international.

Mais les données montrent une tout autre histoire. Parmi les pays du P5, la Chine est l’un des principaux contributeurs à la mission de maintien de la paix des Nations unies. Depuis qu’elle a adhéré à l’Organisation mondiale du commerce, la Chine a considérablement assoupli l’accès au marché et réduit le niveau global des droits de douane à l’importation de 15,3% à 7,4%, respectant ainsi les « DEUX engagements d’adhésion ». La Chine a été active dans des institutions multilatérales telles que les BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai.

Le rapport du 20e Congrès national du PCC a souligné à maintes reprises que la porte de la Chine sera ouverte de plus en plus largement et que la Chine continuera à promouvoir la mondialisation économique. Wang Huiyao croit fermement que la Chine continuera à s’ouvrir et à défendre la mondialisation.