Le régulateur chinois du cyberespace a annoncé l’entrée en vigueur, le 15 février, de nouvelles règles obligeant les plateformes numériques à faire l’objet d’une analyse sécuritaire en amont d’une éventuelle introduction en Bourse à l’étranger.

Le régulateur souhaite contrôler les entreprises qui possèdent des données de plus d’un million d’utilisateurs. Ces règles s’inscrivent dans le cadre du renforcement des données personnelles entamé en 2021 par les autorités chinoises.

Ces dernières ont adopté des textes encadrant la collecte et le stockage des données. Dans un communiqué publié via le réseau social WeChat, l’Administration chinoise du cyberespace (CAC) a indiqué que les plateformes concernées souhaitant être cotées à l’étranger devaient solliciter une analyse sécuritaire avant de soumettre leur demande aux régulateurs étrangers des marchés.

Si cette analyse montre un risque pour la sécurité nationale, toute IPO à l’étranger de la société en question sera alors interdite, a indiqué la CAC.

Lire aussi : « Les régulateurs technologiques chinois frappent à nouveau »

Ces nouvelles mesures avaient été présentées en premier lieu en juillet 2021 par la CAC, qui souhaitait vérifier que les données ne seraient pas affectées, contrôlées ou manipulées par des gouvernements étrangers après une IPO.

Par ailleurs, la CAC a déclaré qu’une nouvelle règlementation entrerait en vigueur le 1er mars sur l’utilisation des algorithmes de recommandation, afin notamment de permettre aux utilisateurs des plateformes de stopper cette fonctionnalité.