La Chine souhaite construire une « communauté de santé » avec la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Mongolie, sorte de Route de la soie de la santé, a annoncé Wang Yi.

« La Chine, la Russie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Mongolie sont convenus d’ériger une forteresse anti-pandémique, une Route de la soie de la santé et une communauté de santé », a annoncé le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, dans un entretien accordé à l’agence de presse Xinhua.

Cette décision a été prise à l’issue d’entretiens entre les ministres des affaires étrangères des cinq pays, à l’occasion de la récente réunion à Moscou des chefs de la diplomatie de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Wang Yi s’est d’ailleurs rendu dans ces quatre pays du 10 au 16 septembre. « La Chine et ces pays se sont soutenus contre vents et marées et ont mené une coopération anti-pandémique efficace lorsque le nouveau coronavirus s’est répandu », a indiqué le ministre chinois.

Ce dernier a évoqué la visite en février à Beijing du président mongol, Khaltmaa Battulga, et les échanges téléphoniques entre le président chinois Xi Jinping et ses homologues russe Vladimir Poutine, kazakh Kassym-Jomart Tokaïev et kirghize Sooronbaï Jeenbekov.

« Afin de renforcer cette coopération contre le virus, les ministres ont décidé de prendre des mesures » dans plusieurs domaines, a annoncé Wang Yi : la coopération anti-pandémique, le soutien à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la coopération dans le développement, la production et l’achat de vaccins, et la coopération de matière de médecine traditionnelle chinoise