mercredi, février 21

Une déesse comme symbole des manifestations étudiantes de 1989

Reproduction de la Déesse de la Démocratie, au campus de l'Université de la Colombie-Britannique au Canada.

Sculpture réalisée par des étudiants de l’école nationale des beaux-arts de Beijing, la Déesse de la Démocratie est le symbole des revendications du mouvement pro-démocratique, qui a eu lieu du 15 avril 1989 au 4 juin, place Tian’an men, à Beijing.

La statue de la Déesse de la Démocratie est érigée sur la place Tian’an men par les étudiants, croyant avoir obtenu une trêve avec l’armée, le 25 mai. Ce jour là, les manifestants pactisent avec les militaires pour qu’ils se retirent. Ils se regroupent en grande partie autour de ce symbole, mais le 30 mai, des troupes interviennent pour réprimer les manifestants, à partir du 30 mai. L’APL parvient à entrer dans Beijing, le 2 juin.

Haute de 5 mètres, la statue a été construite en polystyrène et en plâtre, avec une armature métallique intérieure, s’inspirant de la Statue de la Liberté américaine. Construite en 4 jours à partir du 27 mai, les 7 parties qui la composent sont assemblées dans la nuit du lundi 29 au mardi 30 mai, à proximité du tableau géant de Mao Zedong.

La Déesse de la Démocratie est détruite par un tank de l’APL lors se son entrée dans la ville et sur la place, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989. Cependant, la sculpture est reproduite dans de nombreuses villes du monde, comme Washington, Vancouver, Hong Kong, San Francisco, et Toronto.

Image : Reproduction de la Déesse de la Démocratie, au campus de l’Université de la Colombie-Britannique au Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *