L’organisation non gouvernementale, Human Right Watch a publié un communiqué de presse, le 2 juin, appelant « le gouvernement chinois à prendre plusieurs mesures« , à l’occasion de ce 27ème anniversaire des événements du 4 juin 1989.

L’ONG met en avant 7 mesures essentielles à la reconnaissance des faits et au respect des Droits de l’Homme en Chine :

  • logo hrwS’engager à respecter les droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique ;
  • Mettre fin au harcèlement et à la détention arbitraire de personnes qui contestent la version officielle des événements du 4 juin 1989 ;
  • Participer à une rencontre avec les membres de l’organisation Tiananmen Mothers (« Mères de Tiananmen ») et leur présenter officiellement des excuses ;
  • Autoriser l’ouverture d’une enquête publique et indépendante sur les événements du 4 juin 1989, et rendre les résultats publics ;
  • Autoriser le retour des citoyens chinois qui sont toujours en exil en raison d’activités liées aux événements de juin 1989 ;
  • Enquêter sur le rôle des hauts responsables du gouvernement et de l’armée ayant planifié ou ordonné l’utilisation illégale de la force meurtrière contre des manifestants pacifiques ;
  • Publier les noms de toutes les personnes tuées en juin 1989.

« Le gouvernement chinois devrait cesser de nier le rôle de l’Etat dans le massacre de manifestants et de citoyens pro-démocratie non armés le 4 juin 1989 et dans les jours qui ont suivi, et reconnaître la responsabilité du gouvernement dans les meurtres, les arrestations et la persécution qui ont marqué la suppression des manifestations, » a déclaré HRW dans son communiqué.

Sophie Richardson, directrice de recherches sur la Chine à Human Rights Watch, a indiqué que « les autorités chinoises ont le devoir de rendre justice aux survivants du massacre de Tiananmen et aux membres de leurs familles« .  Cette dernière a souhaité la libération de Yu Shiwen, activiste détenu depuis juillet 2014 pour avoir tenté de commémorer l’anniversaire du massacre.