Interrogée par le China Internet Information Center, Christelle Chêne, a expliqué que son souhait de faire reconnaitre le vin du Ningxia.

Parc forestier dans les monts Helan au Ningxia

« J’ai dégusté mon vin préféré dans la région autonome Hui du Ningxia, pleinement fruité avec les tannins fins et une bonne saveur. Je souhaite présenter les vins d’ici dans le monde entier », a déclaré cette française, experte en vin.

« En 2007, je suis finalement venue en Chine, et j’ai étudié à l’Université du Sichuan, avec un nouveau nom chinois, Chen Xianni », a indiqué Christelle Chêne, chargée de mission export Vins-agroalimentaire au bureau de représentation de la région Aquitaine à Wuhan.

Cette dernière a quitté les vignobles français pour s’installer au Ningxia en 2019, travaillant cette fois pour le marketing du vin chinois sur le marché international.

Se rendant dans l’est des monts Helan, une vaste région viticole dans le Ningxia (nord-ouest de la Chine), située entre 37 et 39 degrés de latitude nord, elle a découvert « une zone merveilleuse pour planter des raisins parfumés et bien colorés, dotés d’un parfait équilibre entre le sucré et l’aigre. Les bons vins à la chinoise sont ainsi nés dans ce territoire unique ».

Cette région représente une vaste zone du total de la surface de plantation des raisins de la vigne en Chine, avec une capacité de production annuelle de 130 millions de bouteilles de vin, exportant vers quelque 20 pays et régions dont la France et l’Allemagne, générant un produit global de 2,61 milliards de yuans (339 M€).

L’expansion de l’industrie viticole offre également des opportunités d’emploi aux habitants locaux. « La semaille et la récolte nécessitent de la main d’œuvre. Notre vigne a environ 300 employés permanents, en plus des employés saisonniers », a expliqué Chen Xianni (nom chinois de Christelle Chêne.

Selon les statistiques publiées, l’industrie viticole a créé 120.000 emplois et a engendré 900 millions de yuans (117 M€) de salaires chaque année aux paysans du Ningxia, contribuant à la réduction de la pauvreté.

Par ailleurs, Christelle Chêne profite de son séjour en Chine pour vulgariser la culture du vin et vendre les vins sur les plateformes de diffusion en direct. « Durant l’épidémie, nous avons attiré de nombreux followers, qui sont ensuite devenus nos clients », a-t-elle poursuivi.

Ayant vécu en Chine pendant de nombreuses années, Chen Xianni a visité de nombreuses villes et goûté de nombreux vins fins, et elle a également été témoin de l’énorme potentiel de consommation du marché du vin chinois.

« Je voudrais rester encore ici pour promouvoir les bons vins de l’est des monts Helan à l’international », a-t-elle ajouté ai CIIE.