De notre stagiaire Marie-Lou Cazillac – En Chine, un récent rapport a fait part de la volonté du Ministère de l’Éducation d’assurer, d’une manière plus poussée, la régulation du sommeil des enfants. Ce qu’il exige est très clair : que les écoliers dorment jusqu’à 10 heures par nuit, les collégiens 9 heures et les lycéens 8 heures.

Si la plupart des parents ont soutenu l’intention initiale de cet avis, ils ont également exprimé leur inquiétude quant à la manière dont il pourrait être appliqué.

Lire aussi : Les jeunes manquent de sommeil

Le Ministère de l’Éducation a sérieusement réfléchi à ce sujet. Il a présenté sept mesures spécifiques : de l’ouverture de l’école à l’enseignement à domicile, des cours extrascolaires au temps de jeu, chacune d’entre elles répond à des exigences précises et leurs résultats doivent être suivis et évalués.

En réalité, depuis 2017, les « normes de gestion des écoles » mises en place par le département de l’Éducation prévoient déjà « la coopération maison-école pour garantir 10 heures de sommeil par jour pour les élèves du primaire et 9 heures pour les élèves du secondaire »

Cependant, le « rapport de suivi de la qualité de l’enseignement en Chine » du Centre National d’évaluation de la qualité de l’éducation, paru en 2018, montre que seulement 30,7% des élèves du CM1 dorment 10 heures par nuit et que 16,6% des élèves de 4ème font des nuits de 9 heures.

Dans l’ensemble, ils souffrent donc d’un manque de sommeil. De nombreux internautes ont déclaré qu’en raison de la charge académique, du temps du trajet et du tutorat parascolaire, dormir suffisamment était presque un luxe.

Lire aussi : Plus de 300 millions de chinois souffrent de troubles du sommeil

Derrière le manque de sommeil des élèves se cache non seulement les problèmes liés aux habitudes de vie, aux heures de cours et à la santé, mais aussi la pression scolaire exercée par la population. Dans la vraie vie, les gens sacrifient leur sommeil au profit de meilleures notes.

Toutefois, peu importe qu’il s’agisse de l’éducation scolaire ou familiale, la société ne devrait  pas porter autant d’attention aux notes. Ces dernières sont temporaires, alors que l’éducation doit être considérée comme un objectif de vie. Si l’on ne devient pas des personnes saines et matures à l’issue de celle-ci, c’est qu’elle n’était pas adaptée.

En plus des récentes études visant à réguler le sommeil des élèves, les chercheurs se disent qu’il faudrait s’intéresser aux causes qui se cachent derrière ce problème et y rechercher des solutions fondamentales. « Superviser et contrôler » le temps de sommeil des enfants n’est pas une approche correcte.

Certains estiment qu’un système d’évaluation pédagogique, plus scientifique et diversifié, qui soulage l’anxiété sociale liée à l’éducation et allège le fardeau des élèves du primaire et du secondaire, pourrait l’être. Selon des études, ce n’est qu’en réformant davantage l’éducation que les gens cesseront de sacrifier leur santé au profit de meilleurs résultats et que les enfants pourront dormir paisiblement et grandir dans un environnement plus sain.