Les propos tenus par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ont été retransmis par l’agence de presse Xinhua et l’Agence France Presse. Deux positions mettant en avant la volonté de cette dernière de rester ferme tout en gardant des liens avec la Chine. 

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a rappelé le respect de l’Union européenne pour l’histoire et la culture de la Chine. « Un dialogue sincère et constructif entre l’Europe et la Chine et le maintien d’un développement continu des relations euro-chinoises revêtent une importance cruciale pour la paix et la stabilité de l’Europe », a-t-elle déclaré, selon le compte rendu de l’agence de presse, Xinhua.

« L’Europe et la Chine sont l’une pour l’autre partenaire commercial important avec des liens forts entre leurs économies, le découplage n’est pas dans l’intérêt de l’Europe ni ne constitue un choix stratégique de l’UE, qui décide sa politique à l’égard de la Chine en toute indépendance« , a-t-elle affirmé.

Lire aussiLe président français Emmanuel Macron est arrivé en Chine

Elle a fait part de la volonté de l’Union européenne de relancer avec la Chine le dialogue économique et commercial de haut niveau sino-européen et de promouvoir un développement stable et équilibré de leurs relations économiques et commerciales pour réaliser le bénéfice mutuel.

Concernant le climat, elle a salué l’organisation par la Chine de la 15e réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, et les efforts déployés par la Chine pour réduire les émissions de carbone.

Elle a également dit vouloir renforcer la communication et la coordination avec la Chine pour relever les défis planétaires par la coopération et jouer tout leur rôle dans la promotion de la paix, de la stabilité et du développement dans le monde, selon Xinhua.

Un discours cité par l’agence de presse, Xinhua, qui contraste avec les propos tenus par cette dernière, à l’issue de ses entretiens. En effet, la présidente de la Commission européenne a violemment critiqué la Chine à la fois sur les droits de l’homme et surtout pour son soutien à Moscou.

Ursula von der Leyen a tenu un discours de fermeté, n’évoquant à aucun moment Emmanuel Macron, dans le contexte de la guerre en Ukraine. « Nous comptons sur la Chine pour ne pas fournir d’équipement militaire directement ou indirectement à la Russie, car nous savons tous qu’armer l’agresseur irait à l’encontre des lois internationales et cela nuirait significativement à notre relation », a-t-elle déclaré.

Atlantiste, Ursula von der Leyen incarne désormais une ligne dure vis-à-vis de la Chine. La présidente de la Commission européenne plaide pour une Europe plus audacieuse et plus autonome. Elle a d’ailleurs indiqué que l’accord d’investissement conclu entre l’Europe et la Chine en 2020, après dix longues années de négociation, était « mort-né« . Il faut désormais redéfinir complètement les relations avec la Chine qui reste, pour l’instant, son premier partenaire commercial.

Ursula von der Leyen a cependant jugé « positif » que le président chinois Xi Jinping veuille parler à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky. « Il était donc intéressant d’entendre le président Xi réitérer sa volonté de parler lorsque les conditions et le moment seront propices. Je pense que c’est un élément positif », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse à Pékin.

En effet, le président chinois Xi Jinping s’est dit, lors de ses entretiens avec Emmanuel Macron à Pékin, prêt à appeler son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky le moment venu, a déclaré un diplomate français qui a assisté aux réunions.

Le chef de l’Etat français a de son côté «pressé Xi Jinping de ne rien livrer à la Russie qui serve à sa guerre contre l’Ukraine», a ajouté cette source diplomatique à l’Agence France Presse, alors que les pays occidentaux redoutent que la Chine fournisse des armes à Moscou.