mercredi, juillet 24

Washington sanctionne des responsables chinois pour leur politique au Tibet

Les États-Unis ont imposé le 22 août des sanctions contre des responsables chinois menant « une politique d’assimilation forcée des enfants tibétains », dont plus d’un million ont été séparés de leur famille, selon des experts de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a annoncé que les Etats-Unis n’accorderaient plus de visas aux dirigeants chinois, responsables du système de pensionnats, où sont envoyés de force des jeunes Tibétains. « L’interdiction s’appliquera aux anciens et actuels responsables impliqués« , a-t-il indiqué.

Les politiques menées par la Chine « visent à éliminer les traditions linguistiques, culturelles et religieuses propres au Tibet parmi les jeunes générations de Tibétains », a assuré Antony Blinken dans un communiqué.

Depuis 2021, les États-Unis accusent la Chine de « génocide » à l’encontre des Ouïghours dans le Xinjiang, au nord-ouest du pays. Les autorités américaines, ainsi que des témoins et des organismes de défense des droits de l’homme, affirment que de nombreux membres de cette minorité sont soumis à du travail forcé et internés dans des camps.

Dans son communiqué, Antony Blinken a cité le travail de rapporteurs spéciaux de l’ONU, qui ont conclu en février 2023 : « environ un million d’enfants de la minorité tibétaine sont affectés par les politiques du gouvernement chinois visant à assimiler les Tibétains sur les plans culturel, religieux et linguistique par le biais d’un système de pensionnat ».

Ce programme semble conçu pour intégrer de force ces jeunes à la culture majoritaire Han, selon ces experts. En avril, d’autres experts de l’ONU ont accusé la Chine d’obliger des centaines de milliers de Tibétains à suivre des programmes de « formation professionnelle », qui menacent l’identité tibétaine et pourraient conduire à du travail forcé.

Le ministre chinois des Affaires étrangères avait affirmé que ce rapport était « sans aucun fondement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *