vendredi, juin 14

27 entreprises chinoises retirées de la liste américaine de contrôle des exportations

Le Bureau de l’industrie et de la sécurité (BIS), filiale du département américain du Commerce, a retiré 27 entreprises chinoises de sa «Liste non vérifiée» de contrôle des exportations.

La suppression de ces entreprises de la «Liste non vérifiée» lèvera les restrictions imposées aux entités chinoises, leur permettant de recevoir des marchandises d’exportateurs américains et de maintenir une coopération commerciale normale.

Cette décision du gouvernement américain est intervenue avant l’annonce faite le 22 mars par le ministère chinois du Commerce, selon laquelle, à l’invitation du ministre du Commerce Wan Wentao, la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo se rendra en Chine du 27 au 30 août.

Dans un communiqué publié le 21 août, le BIS a annoncé que 33 entreprises étrangères avaient été retirées de cette liste noire. Il s’agit d’une liste d’entreprises dans le monde entier soumises à des contrôles d’exportation plus stricts, car le gouvernement américain n’était pas en mesure d’effectuer des contrôles d’utilisation finale.

Outre les 27 entreprises chinoises, les autres sont situées en Indonésie, au Pakistan, à Singapour, en Turquie et aux Émirats arabes unis.

Matthew Axelrod, secrétaire adjoint chargé du contrôle des exportations au département américain du Commerce, a déclaré dans le communiqué du BIS que le retrait des 33 parties étrangères «démontrera les avantages concrets que les entreprises reçoivent lorsqu’elles-mêmes ou un gouvernement hôte coopèrent avec le BIS pour mener à bien des contrôles d’utilisation finale».

Des experts ont indiqué que les 27 entreprises chinoises désormais hors de la «Liste non vérifiée» étaient principalement impliquées dans des secteurs tels que le photovoltaïque, la fabrication de machines, l’électronique, l’informatique, la chimie et la biotechnologie.

Lors d’une conférence de presse du 22 août, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a indiqué que la Chine saluait la décision américaine, car elle montre que les deux parties peuvent résoudre leurs préoccupations spécifiques via la communication basée sur le respect mutuel.

«La Chine se félicite de la décision américaine de retirer des entités chinoises de la ‘Liste non vérifiée’. Cela montre que les deux parties peuvent répondre à des préoccupations spécifiques par le biais d’une communication fondée sur le respect mutuel. La Chine continuera à défendre fermement les droits et les intérêts légitimes des entreprises et des institutions chinoises», a ajouté Wang Wenbin.

Selon le communiqué du BIS, parmi les 27 entités chinoises figurent Beijing PowerMac Co, Guangdong Guanghua Sci-Tech Co, Suzhou Chaowei Jingna Optoelectric Co et l’Université du Hunan.

«Cette décision du BIS aidera les entreprises chinoises et américaines à mener une coopération commerciale normale et à garantir que les chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales restent stables et sécurisées», a souligné Guo Qinwen, chercheur au Centre de recherche sur le développement de l’Administration d’État pour la régulation des marchés.

«Une inclusion sur la «Liste non vérifiée» indique que le gouvernement américain a des inquiétudes concernant les entités concernées, dont il ne peut pas vérifier la légitimité. Les exportateurs américains doivent donc obtenir une licence s’ils souhaitent expédier des produits à ces entités. L’exclusion de la liste nécessite une coopération dans la planification des contrôles d’utilisation finale», a indiqué le chercheur.

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis retirent des entreprises chinoises de leur liste noire. En octobre de l’année dernière, le BIS a retiré neuf entités chinoises de la liste. Le gouvernement américain avait placé 64 entreprises chinoises sur la liste rien qu’en 2022 – 33 en février et 31 en octobre de l’année dernière.

Le BIS, comme le stipule la réglementation américaine sur l’administration des exportations, ajoute à la « Liste des entités » toute partie qui ne parvient pas à effectuer la vérification de l’utilisation finale dans les 60 jours suivant l’ajout de la partie à la « Liste non vérifiée », si ces échecs sont dus à un manque de coopération du gouvernement hôte.

Bai Ming, directeur adjoint des études de marché international à l’Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique, a avancé qu’« en imposant ces restrictions, l’administration Biden non seulement réprime la Chine dans la production de certains produits de haute technologie, mais tente également d’étouffer le développement de toutes les industries et institutions de recherche concernées. Une telle répression systématique vise à maintenir l’hégémonie technologique du gouvernement américain ».

« En outre, l’inclusion dans la “Liste non vérifiée” du BIS nécessite une diligence supplémentaire de la part des entreprises américaines qui souhaitent faire des affaires avec les entités figurant sur la liste, ce qui perturbe également dans une certaine mesure les opérations commerciales de ces fournisseurs américains », a expliqué Bai Ming.

Le Premier ministre chinois Li Qiang a déclaré que les relations et la coopération économique et commerciale sino-américaines étaient actuellement confrontées à certaines difficultés qui exigent que les deux parties fassent preuve de sincérité et se rencontrent à mi-chemin. Il a tenu ces propos lors d’une réunion avec une délégation du Conseil des affaires américano-chinois (US-China Business Council).

ce dernier a affirmé que la Chine ouvrirait encore plus ses portes au monde extérieur et qu’elle était disposée à travailler avec les États-Unis pour assumer leurs responsabilités en tant que grandes puissances, et ce en faisant respecter conjointement les règles du commerce international et en garantissant la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *