lundi, juillet 15

Xi Jinping et Joe Biden se rencontreront après le Sommet de l’Apec à San Francisco

Le président Xi Jinping rencontrera son homologue américain Joe Biden à San Francisco lors de sa visite dans la ville de San Francisco du 14 au 17 novembre, dans un contexte où chacun espère que la rencontre en face-à-face abordera les moyens de stabiliser les relations bilatérales, qui se sont fortement dégradées ces dernières années.

Le sommet sino-américain se déroulera à l’invitation du président américain, a déclaré le 10 novembre Hua Chunying, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, et Xi Jinping a également été convié à assister à la réunion des dirigeants économiques de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) qui se tiendra à San Francisco.

Selon un communiqué publié le 10 novembre par le ministère des Affaires étrangères, au cours de leur prochaine rencontre, Xi Jinping et Joe Biden « auront des échanges approfondis sur des questions d’importance stratégique, primordiale et fondamentale pour façonner les relations sino-américaines et sur les questions majeures concernant la paix et le développement dans le monde ».

Auparavant, un haut responsable américain qui a requis l’anonymat a déclaré à l’agence de presse Xinhua dans la soirée du 9 novembre que l’objectif serait « d’essayer de prendre des mesures qui stabilisent effectivement les relations entre les États-Unis et la Chine, d’éliminer certaines zones de malentendus et d’ouvrir de nouvelles lignes de communication ».

« Les dirigeants échangeront sur les questions liées à la relation bilatérale entre la Chine et les Etats-Unis, l’importance continue de maintenir des lignes ouvertes de communication, et un éventail de dossiers régionaux et mondiaux », a indiqué dans un communiqué la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre.

De hauts responsables américains ont confirmé que la rencontre aurait lieu « dans la région de San Francisco », en Californie, et ont également affirmé que Washington souhaite une « rivalité » avec la Chine, mais pas de « conflit« , ni de « Guerre froide ».

La prochaine réunion entre Xi Jinping et Joe Biden sera la première communication entre les deux hommes en un an, et sera leur septième depuis le début de l’administration Biden. Cependant, les deux présentent entretenaient une relation de longue date qui a commencé lorsqu’ils étaient tous deux vice-présidents et qu’ils se connaissent depuis environ une douzaine d’années.

La C Chine a confirmé la rencontre : « A l’invitation du président américain Biden, le président Xi Jinping se rendra à San Francisco, aux Etats-Unis, du 14 au 17 novembre, pour une réunion entre les chefs d’Etat de la Chine et des Etats-Unis », a annoncé le ministère chinois des Affaires étragères dans un communiqué.

La visite de Xi Jinping aux Etats-Unis fait suite à des dialogues intensifs de haut niveau entre Pékin et Washington depuis mai 2023, qui, selon les observateurs, démontrent l’intention des deux pays d’apaiser les tensions, de gérer leurs divergences et d’empêcher les relations bilatérales de continuer dans une spirale descendante.

De son côté, Xie Feng, l’ambassadeur de Chine aux États-Unis, a souligné dans un discours vidéo prononcé le 9 novembre lors du Forum de Hong Kong sur les relations sino-américaines que, « sous la direction des deux chefs d’État, il y avait eu récemment des signes positifs de stabilisation des relations sino-américaines ».

Selon lui, la Chine et les Etats-Unis « ont notamment mené une série d’échanges de haut niveau, initié des mécanismes de dialogue, activé les échanges et la coopération, et envoyé conjointement des signaux positifs pour stabiliser les relations sino-américaines, et tant la Chine que les États-Unis estiment que le maintien du dialogue est bénéfique et nécessaire et espèrent une stabilisation et une amélioration rapides des relations bilatérales« .

De son côté, Nicholas Burns, l’ambassadeur des États-Unis en Chine, a assuré que Washington souhaite que ses relations commerciales avec la Chine se poursuivent et a affirmé que les États-Unis ne cherchent nullement à découpler les deux économies, car un découplage serait « désastreux » et « irait à l’encontre de nos intérêts nationaux« . 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *