lundi, juillet 22

Xi Jinping réorganise les forces armées chinoises

Le président chinois, Xi Jinping, a souligné la nécessité d’une réforme continue de l’armée chinoise, et a exigé « es efforts pour assurer une garantie politique solide pour la construction d’une armée forte » lors de la conférence de la Commission militaire centrale sur le travail politique, qui s’est tenue du 17 au 19 juin 2024. 

La question de Taïwan toujours centrale

La Chine a donné à l’île de Taiwan – et au reste du monde – une indication de ses capacités militaires croissantes ces derniers mois, notamment avant et après les élections taïwanaises de janvier. En effet, la sphère de l’information de l’île a été bombardée de cyberattaques et de campagnes de désinformation coordonnées.

Pékin revendique Taiwan comme sa 23ème province, et n’exclut pas le recours à la force pour réintégrer l’île à la souveraineté du pays. Après l’investiture du gouvernement taïwanais en mai, la puissance militaire chinoise a été pleinement déployée. Plusieurs opérations militaires ont eu lieu, et les forces armées chinoises ont encerclé Taïwan lors de deux jours d’exercices au cours desquels les médias d’État chinois ont publié une vidéo d’animation montrant des missiles tombant sur les principales villes taïwanaises.

Lire aussi : L’armée chinoise organise des exercices conjoints autour de l’île de Taiwan

Après ces exercices, un porte-parole militaire chinois a déclaré que les forces armées du pays restaient parfaitement préparées, très vigilantes et prêtes à prendre des mesures résolues lorsqu’il s’agirait de Taiwan.

Plus tard en mai, le porte-avions chinois le plus récent et le plus avancé a également quitté Shanghai pour ses premiers essais en mer, plaçant la marine chinoise au deuxième rang derrière les États-Unis en termes de nombre de porte-avions dans sa flotte.

Mais malgré la démonstration de force de l’armée chinoise, certains analystes se demandent quelle est la confiance du président chinois Xi Jinping dans ses forces armées. Lors de la conférence, Xi Jinping a déclaré qu’il fallait analyser « les problèmes profonds qui devaient être traités dans le cadre du travail politique militaire », soulignant que « l’une des causes profondes de ces problèmes résidait dans le manque d’idéaux et de convictions ».

Grande réorganisation de l’armée chinoise

Cette intervention faisait suite à une cérémonie en avril au cours de laquelle il a dévoilé la plus grande réorganisation de l’armée chinoise depuis près de 10 ans. « Cela a été un choc et cela montre que Xi n’est pas satisfait de la structure existante et des capacités actuelles de l’armée chinoise », Yang Zi, doctorant à la S Rajaratnam School of International Studies (RSIS) de l’Université technologique de Nanyang. à Singapour, a déclaré à Al Jazeera.

Lire aussiL’ancien ministre chinois de la Défense nationale Wei Fenghe exclu du PCC

Pour de nombreux observateurs, l’élément le plus inattendu de la réorganisation a été la suppression de la Force de soutien stratégique (FSS). En effet, Xi Jinping a supprimé la FSS, qu’il avait lui-même mise sur pied en 2015.

« Il y a eu des problèmes, des purges et des enquêtes pour corruption dans d’autres divisions de l’armée », a déclaré à Al Jazeera Christina Chen, chercheuse au groupe de réflexion taïwanais sur la sécurité, l’Institut pour la défense nationale et la sécurité (INDSR). « Mais nous n’avons pas entendu parler de problèmes similaires au sein de la Force de soutien stratégique, donc rien n’indiquait avant cette annonce que la FSS était sur le point d’être réorganisée. »

La FSS était un corps d’élite chargé d’accélérer le développement des capacités de guerre spatiale et de cyberguerre des forces armées et d’améliorer le partage de données entre les services et les théâtres d’ici 2020. La suppression des FSS indique une perte de confiance dans la capacité des réformes de 2015 à préparer de tels conflits et suggère que les dirigeants chinois joueront un rôle encore plus important dans la modernisation militaire, selon Christina Chen.

Création de la Force de soutien à l’information

Au lieu des FSS, les domaines de l’espace, de l’information et de la cyberguerre sont placés au sein de leurs propres divisions, directement sous la supervision de la Commission militaire centrale, présidée par Xi Jinping.

Il a créé à la place la Force de soutien à l’information (FSI), « la nouvelle force de soutien à l’information de nouveau bras stratégique de l’Armée populaire de libération (APL) », selon l’agence de presse, Xinhua.

« La création de la Force de soutien à l’information par le biais d’une restructuration est une décision majeure prise par le Comité central du Parti communiste chinois et la Commission militaire centrale (CMC) pour la construction d’une armée forte et une étape stratégique pour établir un nouveau système de services et d’armes, et améliorer la structure de la force militaire moderne avec des caractéristiques chinoises », a déclaré Wu Qian, porte-parole du ministère de la Défense nationale.

Ce dernier a indiqué lors de la conférence inaugurale de la Force de soutien à l’information de l’APL au Bayi Building à Beijing le 19 avril 2024 que cette force est « une initiative d’une grande importance pour la modernisation de la défense nationale et des forces armées, ainsi que pour l’accomplissement efficace des missions et des tâches de l’armée populaire dans la nouvelle ère ». La nouvelle structure sera vitale pour aider l’armée chinoise à « combattre et gagner dans la guerre moderne », a déclaré Xi Jinping lors de l’annonce des réformes.

La guerre moderne est un domaine actuellement dominé par l’armée américaine, a indiqué Christina Chen, qui considère la réorganisation est une indication supplémentaire de la détermination de Pékin à rattraper Washington.

Les relations entre la Chine et les Etats-Unis sont tendues autour de plusieurs sujets, tels que les différends en mer de Chine méridionale, en mer de Chine orientale et dans le détroit de Taiwan. Sans oublier, les tensions commerciales, la situation de Hong Kong et la concurrence technologique.

Les premières pages des journaux chinois ont fait état des exercices militaires autour de Taiwan. L’un d’eux a une photo d’un avion de combat qui décolle. Une seconde montre un navire de guerre de la marine arborant un drapeau chinois.

Les Etats-Unis ont accusé la Chine, impliqué dans de nombreux affrontements avec les Philippines sur plusieurs récifs contestés, de menacer la paix régionale par son comportement agressif, tandis que Pékin a accusé Washington de s’ingérer dans des affaires asiatiques. « L’objectif à long terme de Xi est de surpasser militairement les États-Unis et de faire de la Chine la première puissance militaire de la région et du monde », a déclaré Christina Chen.

Une réorganisation extrême

La réorganisation militaire intervient dans un contexte de purge au sein du corps militaire chinois, avec le licenciement ou la disparition de dirigeants clés. Une grande partie de la réorganisation a lieu au sein de la « Rocket Force », l’élite des forces armées, qui supervise les missiles tactiques et nucléaires de la Chine. Cette force était censée être l’une des unités militaires les plus performantes.

« Les purges de Rocket Force de l’année dernière ont montré que les forces armées chinoises ne sont pas aussi prêtes pour les heures de grande écoute que nous l’avions imaginé auparavant », a déclaré à Al Jazeera, Yang Zi, doctorant à la S Rajaratnam School of International Studies (RSIS) de l’Université technologique de Nanyang. à Singapour.

Plusieurs personnes ont également disparu, comme le ministre de la Défense, Li Shuangfu, qui était auparavant commandant adjoint des FSE et considéré comme un loyaliste de Xi Jinping. Ce dernier a récemment été exclu du Parti Communiste Chinois, pour violation grave de la discipline du Parti et de la loi.

Lire aussiLe PCC expulse l’ancien ministre chinois de la Défense nationale Li Shangfu

« Le fait que des officiers de haut rang et des responsables apparemment proches de Xi n’ont pas été épargnés lors de la purge souligne le paysage changeant de loyauté et de pouvoir au sein de l’élite politique chinoise », a indiqué Shaoyu Yuan, spécialiste des études chinoises à l’Université Rutgers aux États-Unis.

« Les personnes expulsées auraient pu initialement se lever sous le patronage de Xi, mais leur licenciement signale un recalibrage de la loyauté et de la confiance à mesure que sa vision stratégique et sa perception des menaces potentielles évoluent », a déclaré Shaoyu Yuan, spécialiste des études chinoises à l’Université Rutgers aux États-Unis.

Selon Yang Zi, les purges et la récente réorganisation militaire laissent penser que le président Xi Jinping a peu confiance dans les commandants qui ont gravi les échelons ces derniers temps, ni dans les réformes précédentes. Pourtant, ce dernier a joué un rôle clé dans leurs promotions et les changements structurels de l’armée.

Shaoyu Yuan a expliqué à AlJazeera que les réactions du président chinois face à son manque de foi démontraient sa capacité d’adaptation impitoyable ainsi que sa volonté de recalibrer son approche pour maintenir le contrôle et poursuivre sa vision. « Sa détermination à éliminer toute structure ou individu qui ne correspond pas à ses objectifs stratégiques actuels, indépendamment de leurs contributions passées, peut renforcer son image de leader décisif qui donne la priorité aux besoins présents de l’État plutôt qu’aux allégeances passées », a-t-il déclaré.

Ce dernier a indiqué que dans la dynamique du pouvoir autour du président Xi Jinping, la loyauté doit être continuellement gagnée. « Cette approche peut créer un cycle dans lequel la confiance est perpétuellement conditionnelle, entraînant le besoin d’une réaffirmation constante de la loyauté », a-t-il déclaré.

Lors de la conférence militaire, Xi Jinping a souligné que les responsables militaires, en particulier ceux de haut niveau, devaient avoir le courage de mettre de côté leur prestige et de reconnaître leurs lacunes. Il a également appelé les hauts responsables militaires à assumer les responsabilités qui leur ont été confiées par le Parti et le peuple, afin de continuer à renforcer les forces armées.

Selon lui, « le personnel concerné à tous les niveaux, en particulier les officiers de haut rang, à faire preuve d’introspection, à s’engager dans une réflexion sur l’âme et à procéder à des rectifications sérieuses ».
Le travail politique au sein des forces armées au sein du Parti communiste, s’appui sur l’accent mis l’année dernière sur la pensée de Xi Jinping, la philosophie politique, économique et sociale du président.

« Un tel travail politique pourrait réduire le temps consacré à une formation militaire cruciale », selon Yang Zi, ou encourager les officiers talentueux à garder la tête baissée pour éviter le risque d’être la cible de futures purges. Xi Jinping « n’a aucun scrupule à faire bouger les choses et à laisser les têtes rouler », a déclaré le chercheur, qui atteste que « seul le temps nous dira si ces changements amélioreront réellement les capacités de combat de l’armée chinoise ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *