En 2013, 12% des chinois étaient atteint de diabète de type et 50% montrent des symptômes de pré diabète. Selon une étude publiée, fin janvier 2017, dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), les chinois perdent 9 années de leur vie, lorsqu’ils sont atteint de diabète.

Ces dernières années, le diabète est devenu une crise sanitaire majeure dans le pays, qui tente de lutter contre les maladies cardiaques, conséquences du diabète, tout comme la détérioration de la vision, les problèmes de cicatrisation et les lésions nerveuses.

Dans cette nouvelle étude, les chercheurs de l’Université d’Oxford et de l’Université de Beijing ont montré qu’un traitement inadéquate, notamment dans les zones rurales, explique cette diminution du nombre d’année.

Ces dernières décennies, le nombre de personne atteintes a quadruplé, passant à près de 100 millions d’adultes aujourd’hui. Les chercheurs ont examiné l’association diabète/mortalité sur 500 000 adultes de cinq régions rurales et de cinq régions urbaines. Les participants ont été recrutés entre 2004 et 2008 et ont été suivis jusqu’en 2014.

Au début de l’étude, 6% des participants souffraient de diabète, dont 4% étaient originaires des zones rurales et 8% des zones urbaines. Parmi les 500 000 patients, 3% avaient déjà été diagnostiqués, alors que les 3% restants l’ont su après avoir été dépistés.

Les résultats ont montré que les personnes souffrant de diabète avaient deux fois plus de chance de mourir pendant la période de suivi, particulièrement dans les régions rurales, omù l’accès aux soins est plus difficile.

« Alors que la prévalence du diabète chez les jeunes adultes augmente et que la population adulte augmente, le nombre annuel de décès liés au diabète devrait continuer à augmenter, à moins qu’il y ait une amélioration substantielle au niveau de la prévention et de la gestion« , ont écrit les chercheurs.

Pour Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé, a qualifié cette étude de « première preuve fiable des maladies et complications spécifiques qui expliquent la mortalité des individus chinois souffrant de diabète« .

Cette dernière a indiqué que la mortalité viendrait des « faiblesses importantes dans la gestion clinique du diabète, notamment dans les régions rurales, et dans l’efficacité des interventions de prévention auprès de la population ».

Conscient de l’ampleur de la situation, le gouvernement a engagé une série de mesure visant à réformer le système de santé, donner accès aux soins médicaux dans les zones rurales et former des médecins de famille.

« La qualité des mesures précises inscrites dans l’étude permet de croire que les autorités chinoises continueront à orienter les réformes de santé du pays dans la bonne direction, avec des résultats qui améliorent également la prévention et le contrôle du diabète », a assuré Margareth Chan, auprès de l’agence de presse, Xinhua.