vendredi, février 23

1’590 euros le mètre carré dans une centaine de villes

Le prix moyen d’un logement neuf, dans les 100 plus importantes villes du pays, ont grimpé de 10,34% sur un an en mai 2016. Il s’agit de la plus forte hausse depuis 2014, selon l’étude indépendante du cabinet China Index Academy (CIA), publiée ce mercredi 1er juin.

Ce prix atteint désormais 11’662 yuans (1’590 euros) le mètre carré. La hausse est nette entre avril et mai, passant ainsi de 1,45% à 1,7% en mai, précise le CIA, en collaboration avec le site Soufun, spécialisé dans l’immobilier.

Les prix sont surtout très élevés à Xiamen, avec une progression de 5,85% sur un mois et dans les villes du centre-est du pays, comme Hefei et Nankin. Les grandes mégapoles ne sont pas épargnées, à Shanghai, la hausse est de 1,90%, contre 1,76% à Beijing. Le prix moyen d’un logement neuf dans la capitale est de 36’810 yuans le m² (5’020 euros).

Depuis 2014, le marché de l’immobilier chute ostensiblement, après des années de flambée. Selon les autorités, ce fléchissement résulte d’une baisse de la demande et d’un excédent de l’offre.

Une légère embellie a été enregistré fin 2015, après l’instauration par le pouvoir central de mesure facilitant l’accès à la propriété. Les ventes immobilières se sont ressaisies, grâce à la réduction à 5 reprises des taux d’intérêts de la Banque Populaire de Chine, dès novembre 2015, et aux 3 assouplissements des taux de réserves obligatoires depuis le mois de février 2015.

Le gouvernement a également assoupli ses exigences sur les paiements pour les rachats de 2nds logements, fin mars 2015, et certaines administrations locales ont diminué leurs restrictions sur les achats. Grâce à ces mesures, le secteur immobilier a marqué une reprise.

Quartier de Zhongguancun
Quartier de Zhongguancun

Cependant, pour Yang Hongxu, vice-directeur de recherches sur le marché immobilier au sein de E-house China R&D Institute, interrogé par l’Agence de presse, Xinhua, en décembre dernier, « les prix immobiliers dépendent davantage de la politique monétaire et des ajustements de taux d’intérêts en Chine ».

D’ailleurs, face au ralentissement économique, le gouvernement assoupli sa politique monétaire pour permettre une nouvelle baisse des taux d’intérêts, ce qui devrait booster le marché immobilier. Il est évident, selon Yang Hongxu, que « le fléchissement du yuan renforcera les exportations chinoises et stabilisera l’économie, ce qui contribuera à renforcer la demande immobilière intérieure ».

Le secteur immobilier est crucial pour les dirigeants chinois, car il est l’un des piliers de l’industrie et participe au tournant économique du pays, se dirigeant vers la consommation intérieur.

D’ailleurs, le gouvernement tente également de réduire les stocks de logements invendus, qui  ont atteint un niveau record de 686,3 millions de mètres carrés, fin octobre 2015.

Selon le Bureau national des statistiques, cité par l’Agence France Presse, les investissements dans l’immobilier entre janvier et avril 2016 ont bondi de 7,2% sur un an, tandis que la surface en construction sur la même période s’affichait en hausse de presque 6%.

L’immobilier et de la construction représentent tous les deux environ un cinquième du PIB, selon certaines estimations citées par l’AFP, contribuant à redynamiser de l’économie du pays en mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *