Environ 25 millions de travailleurs migrants ruraux vont perdre leur emploi cette année, en raison du nouveau coronavirus, ce qui représente 10% de la population totale de travailleurs migrants ruraux du pays.

Chen Zhigang, professeur à l’École des affaires publiques de l’Université du Zhejiang et également doyen de l’Académie chinoise pour le développement rural de l’université, a récemment fait ces estimations lors d’un forum en ligne, appelant à la mise en œuvre de politiques appropriées.

Ce dernier a expliqué que son équipe prévoyait une croissance du PIB 2020 d’environ 1,2 à 1,9%. Interrogé par le le site d’information jiemian.com, il a expliqué que son équipe a mis en place un modèle pour trois périodes – verrouillage, reprise et normalité – et a prédit que la croissance du PIB serait d’environ 1,2%, si les exportations ne se redressaient pas au quatrième trimestre et de 1,9% si elles le pouvaient.

Lire aussi : Aucun objectif de croissance fixé pour 2020

Il a également expliqué que les revenus seront impactés par l’épidémie de coronavirus. Chen Zhigang a montré que les résidents ruraux et urbains ont vu leur revenu disponible par habitant réduit de 339 yuans (44€) et 816 yuans (107€) respectivement pendant la période de fermeture, ce qui équivaut à une réduction de 20 et 18% respectivement.

Les revenus augmenteront progressivement au cours de la période de reprise économique, mais ils resteront inférieurs à la normale et se rapprocheront du niveau normal si les exportations se redressent pendant la période de stabilité économique.

Bien que la province du Hubei ait été la région la plus touchée pendant l’épidémie de coronavirus, elle ne subira pas les pertes économiques les plus importantes parmi les provinces et les municipalités chinoises, en partie en raison de sa forte économie en 2019, a montré l’étude de Chen Zhigang.

« La pandémie de coronavirus a nui aux exportations de produits agricoles chinois, en particulier avec certains pays importateurs refusant d’acheter des produits chinois », a indiqué le Global Times.

Cela signifie qu’il ne suffit pas de se concentrer uniquement sur l’impact de l’épidémie sur la production, mais les autorités doivent attacher une grande importance aux barrières commerciales mises en place par les pays importateurs au nom du contrôle et de la prévention des épidémies de coronavirus, a expliqué le chercheur sur le forum.

Concernant le marché alimentaire intérieur, Chen Zhigang a déclaré que jusqu’à présent, le prix des aliments de base est stable et que les prix des légumes et du porc ont augmenté pendant l’épidémie, mais pas de beaucoup.

Il a souligné que le gouvernement devait élaborer différentes réponses vis-à-vis des risques en fonction des différents secteurs d’activité, et qu’il devrait se préparer à la résurgence possible du coronavirus et à faire avancer la reprise du travail et des industries pendant la période de récupération.