Le ministère des Affaires continentales a annoncé qu’une « écrasante majorité des taïwanais soutiennent la politique du gouvernement vis-à-vis de l’autre rive du détroit de Taïwan, laquelle est fondée sur la défense de la démocratie et de la souveraineté nationale ».

Dans un communiqué, le ministère a souligné les résultats d’un sondage publié le 26 mars, attestant que plus de 86% des personnes interrogées soutiennent la politique de la dirigeante Tsai Ing-wen.

D’après le site des autorités taïwanaises, cette politique consiste à « promouvoir des interactions pacifiques entre les deux rives du Détroit, fondées sur les principes de démocratie, de dialogue, d’égalité et de paix ».

Plus de 84% approuvent le maintien du statu quo dans le Détroit, et 45% estiment que les interactions entre les deux rives avancent à un rythme adéquat. De plus, plus de 92% sont d’accord pour dire que seuls les 23 millions de taïwanais ont « le droit de déterminer l’avenir du pays et la direction des relations entre les deux rives ».

Selon le ministère des Affaires continentales, « le sondage montre aussi qu’une nette majorité de personnes interrogées désapprouvent la campagne de coercition de la Chine en cours ».

Ce sondage a d’ailleurs été réalisée du 19 au 23 mars par le Centre d’études électorales de l’Université nationale Chenchi, à Taipei, cette enquête téléphonique a porté sur 1 089 citoyens taïwanais âgés d’au moins 20 ans.

De plus, selon les résultats « environ 90% rejettent la formule ‘un pays, deux systèmes’ pour approcher les relations futures entre les deux rives », alors que 91% sont opposés aux menaces militaires chinoises et 92% à ses tentatives d’isoler Taïwan sur la scène internationale.

Le sondage précise que 77% des personnes interrogées pensent que le Parti communiste chinois est « inamical » envers le gouvernement taïwanais et 62% estiment qu’il l’est aussi envers le peuple taïwanais.

« Il s’agit là des plus hauts niveaux atteints depuis 15 ans en réponse à ces questions », a indiqué le ministère des Affaires continentales.

De plus, près de 92% des personnes interrogées croient que la Chine utilise la pandémie de Covid-19 pour bloquer la demande de Taïwan de participer à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Plus de 75% soutiennent l’appel lancé par l’administration taïwanaise à Beijing, afin que ce dernier cesse sa manipulation politique et s’engage dans un dialogue et une coopération avec Taïwan.