La huitième Conférence ministérielle du Forum coopération sino-africaine (FOCAC) qui s’est achevée à Dakar, le 30 novembre, a été un « succès » et va marquer un « tournant » pour « mieux ajuster » la coopération entre Afrique et la Chine, a déclaré la ministre des Affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall.

Les ministres des affaires étrangères, Wang Yi et Aïssata Tall Sall ont tiré le bilan de la huitième Conférence ministérielle du Forum de coopération sino-africaine (FOCAC) qui s’est achevée ce mardi.

Selon Aïssata Tall Sall, cette conférence va marquer un « tournant sur la forme, sur le fond, sur les mécanismes innovants » pour « mieux ajuster, mieux travailler, mieux suivre » la coopération entre Afrique et la Chine.

« Nous avons eu des débats très sérieux (…). Nous avons eu des débats très francs, chacun s’est exprimé de la façon la plus libre en se comprenant parfaitement et en adoptant de façon consensuelle les conclusions auxquelles nous sommes parvenues« , a-t-elle ajouté.

La ministre a indiqué que la coopération entre la Chine et l’Afrique est « dynamique », « voulue » et « acceptée » par l’ensemble des Etats du continent et la Chine. Cette dernière a ajouté que les gouvernements africains et chinois sont « conscients que le FOCAC est un bien commun à persévérer et à élargir » pour bâtir ensemble une communauté d’avenir partagée dans une nouvelle ère de coopération.

« Nous nous sommes mis d’accord sur quatre documents finaux importants qui portent notre ambition pour l’Afrique vue par la Chine et par nous-mêmes et qui portent notre engagement commun pour l’Afrique et les peuples africains par nous-mêmes et la Chine », a dit la cheffe de la diplomatie sénégalaise.

Elle a annoncé que la Chine a accepté que l’agenda du FOCAC s’aligne sur celui de l’Union africaine 2063. De son côté, le Conseil d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, la Chine va rester « le partenaire le plus sincère et le plus fiable de l’Afrique » dans les années à venir.

« Notre forum a parcouru, durant les 20 dernières années, un parcours hors du commun et se trouve sur un nouveau pont de départ historique. La Chine restera toujours le partenaire le plus sincère, le plus fiable et de long terme de l’Afrique », a-t-il dit.

Le chef de la diplomatie chinoise a remercié les Africains pour « leur engagement de longue date » et « leur contribution » pour le développement des relations sino-africaines. Selon lui, il s’agit de « faire rayonner l’esprit d’amitié et de coopération sino-africaine riche de 65 ans et forgée dans l’indépendance et les luttes nationales. »

La Chine et l’Afrique resteront déterminées à « renforcer leur confiance mutuelle », a déclaré Wang Yi, qui a précisé que la Chine « est un pays qui respecte toujours ses engagements ». Une remarque faite suite aux propos tenus par le secrétaire d’Etat, Antony Blinken, avant la tenue de la 8ème conférence interministérielle du FOCAC.

Lire aussi : Les Africains «n’ont pas à choisir» entre la Chine et les Etats-Unis

«Je veux être clair: les États-Unis ne veulent pas limiter vos partenariats avec d’autres pays», avait-t-il assuré. «Nous voulons renforcer davantage nos partenariats. Nous ne voulons pas que vous fassiez un choix. Nous voulons vous donner des choix».

«Notre approche sera durable, transparente, et conduite par des valeurs», a ajouté le diplomate américain. Les accords sur des infrastructures avec d’autres nations qui peuvent être «opaques, coercitifs et empêtrer les pays dans une dette inimaginable, détruisent l’environnement et ne bénéficient pas toujours aux habitants», a-t-il déclaré. «Nous ferons les choses différemment», a promis Antony Blinken.

Le diplomate américain a reconnu la méfiance de nombreux pays africains. «Trop de fois, les pays africains ont été traités comme des partenaires juniors – ou pire – plutôt que comme des partenaires égaux», a affirmé Antony Blinken. Une référence à la Chine, sans la mentionner, selon certains experts.