La Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) et la All-China Federation of Industry and Commerce ont signé un accord le 29 octobre 2018. Barlen Pillay, Acting Secretary General de la MCCI, a expliqué que la signature de cet accord va encourager les hommes d’affaires mauriciens et chinois à exploiter les opportunités commerciales et d’investissement de chacun des deux pays.

«La Chine est un marché très important pour les opérateurs mauriciens en termes de baisse de la barrière tarifaire et au niveau des opportunités d’affaires», a indiqué ce dernier. D’ailleurs, selon Barlen Pillay, la coopération commerciale entre les opérateurs mauriciens et chinois est en plein essor. D’après les récentes données sur le volume des échanges entre l’île Maurice et la Chine ont été de 875 millions de dollars (752,5 M€), soit une hausse de plus de 20% au cours de ces cinq dernières années.

De son côté, Wang Yongqing, le vice-Chairman de la All-China Federation of Industry and Commerce, a estimé que cette coopération s’annonce fructueuse, car cela incitera les entreprises chinoises à venir à Maurice pour accroître leurs investissements. «On espère aussi que la MCCI et le gouvernement mauricien fourniront un meilleur service aux futures entreprises chinoises s’installant à Maurice», a-t-il assuré.

Cependant, d’après l’analyse de Fitch Ratings, le rapprochement commercial entre Maurice et la Chine pourrait inciter les États-Unis à prendre des sanctions contre Port Louis. Pour l’agence de notation, la politique américaine actuelle, visant à faire pression sur la Chine pour qu’elle cède à ses conditions, pourrait impacter Maurice.

Dans un premier temps, Maurice a sollicité la Cour internationale de justice pour statuer sur sa souveraineté sur l’archipel des Chagos, abritant la base militaire des États-Unis dans l’océan Indien. Cette décision embarrasse les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui ont colonisé les terres chagossiennes.

Dans un second temps, la hausse des échanges sino-mauriciens, à hauteur de 13,6 milliards de roupies mauriciennes (3,46 mds €), pour les six premiers mois de 2018, réduit l’influence des Etats-Unis dans la région.

En septembre dernier, à son retour du Forum sur la coopération Chine-Afrique, le Premier ministre Pravind Jugnauth a indiqué que Maurice sera le premier État africain à signer un accord de libre-échange avec la deuxième puissance économique du monde.

A lire aussi : L’île Maurice devrait signer l’accord de libre-échange tant attendu 

Concernant les relations avec les États-Unis, le niveau des échanges a diminué passant de 3,25 milliards, contre Rs 4,06 milliards à la période similaire en 2017. Depuis juillet 2018, Washington a imposé des tarifs douaniers sur des importations chinoises.

D’après le rapport de Fitch Solutions, «si Maurice est trop généreux envers la Chine dans l’accord de libre-échange, cela pourrait inciter les États-Unis à ériger des barrières commerciales avec des implications sur la croissance».