Le géant chinois du e-commerce Alibaba affiche un bénéfice 2021 en repli de près de 60%, et met cette chute sur le compte du «regain épidémique en Chine, en particulier à Shanghai».

Alibaba a annoncé un repli de près de 60% de son bénéfice net en 2021 et de lourdes pertes trimestrielles, dans un contexte économique ralenti, et un durcissement réglementaire visant le secteur de la tech.

Depuis fin 2020, les régulateurs se montrent inflexibles contre certaines pratiques commerciales des géants du numérique, auparavant tolérées, en matière de collecte de données personnelles et de concurrence.

Pékin a ainsi multiplié les mesures et les enquêtes contre les puissantes entreprises de l’internet, telles que des interdictions de lever de l’argent à l’international ou des mises à l’amende pour abus de position dominante. Ces mesures ont fait perdre au secteur des milliards de dollars de capitalisation boursière.

Auparavant considéré en Chine comme un modèle de réussite, Alibaba avait été la première entreprise à subir la courroux des pouvoirs publics. Outre les autorités, les entreprises de commerce en ligne doivent faire face à une économie impactée par les restrictions anti-Covid, avec une consommation au plus bas depuis deux ans et un chômage proche du record absolu.

Lire aussi : Jack Ma perd trois milliards après le report de l’introduction en Bourse d’Ant Group

Alibaba a fait état d’un repli important de son bénéfice en 2021. Il s’élève à 61,9 milliards de yuans (8,6 milliards d’euros), contre 150,3 milliards de yuans un an plus tôt – soit une baisse de 59%. Au dernier trimestre de son exercice décalé, le groupe accuse par ailleurs quelque 2,3 milliards d’euros de pertes, qu’il met sur le compte du «regain épidémique en Chine, en particulier à Shanghai».

La Chine affronte depuis plusieurs mois un pic épidémique qui touche à des degrés divers plusieurs endroits du pays. Dans le cadre de sa politique sanitaire zéro Covid, plusieurs villes ont été confinées, notamment la capitale économique Shanghai, ce qui pèse sur la production et la consommation.

La faiblesse des dépenses des ménages impacte également sur les entreprises de commerce en ligne, habituées jusque-là à une croissance exponentielle avec la banalisation des achats sur internet.

Alibaba s’est dit incapable de fixer des objectifs pour 2022 «compte tenu des risques et des incertitudes liées au Covid-19». D’autant plus que l’entreprise, longtemps pionnier du commerce en ligne, fait face ces dernières années à une concurrence de plus en plus agressive, notamment des sites Pinduoduo et JD.com.

Également présent dans la finance, Alibaba est aussi sous pression dans ce secteur. En effet, fin 2020, les régulateurs ont bloqué la gigantesque introduction en Bourse de sa filiale Ant Group.

Lire aussi : La Chine ordonne à Ant Group de procéder à une refonte majeure

La firme allait lever 34 milliards de dollars à Hong Kong et Shanghai, mais elle en a été empêchée in extremis par les autorités, inquiètes des potentiels risques financiers. Par la suite, Jack Ma avait disparu pendant deux mois et demi, après avoir critiqué les régulateurs. Son silence avait alors suscité de nombreuses interrogations notamment d’ordre politique.

La tension reste vive, encore aujourd’hui. En avril, la télévision publique CCTV a annoncé l’arrestation à Hangzhou, d’un «M. Ma» au nom de la sécurité nationale. L’action Alibaba avait alors rapidement dévissé. CCTV a dû préciser que la personne en question n’était pas Jack Ma mais un homonyme, pour rassurer les marchés. Selon l’agence Bloomberg, cette annonce a suffi pour faire perdre à Alibaba 26 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Les mauvaises performances d’Alibaba ne sont pas un cas isolé en Chine. Le moteur de recherche Baidu a annoncé près de 120 millions d’euros de pertes au premier trimestre. Et, Tencent avait dévoilé un chiffre d’affaires trimestriel en quasi-stagnation sur un an. Pour la première fois depuis 2004, le géant chinois de l’internet et des jeux vidéo enregistre une croissance atone. Selon le média chinois d’information économique Caixin, Tencent s’apprête à licencier 10% de ses effectifs.