Le gouvernement a fait part de son mécontentement vis-à-vis des récents commentaires du secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt, sur Hong Kong. Beijing a appelé les autorités britanniques et et étrangères à cesser toute ingérence injustifiée dans les affaires de Hong Kong.

« Il semble fantasmer la gloire passée du colonialisme du Royaume-Uni et obsédé par la mauvaise habitude de critiquer et de donner des leçons avec condescendance au sujet des affaires d’autres pays« , a indiqué le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang.

Selon le porte-parole, la Chine a présenté des représentations solennelles auprès du Royaume-Uni concernant les remarques de Jeremy Hunt. Selon The Times, il a déclaré le 2 juillet vouloir que la Chine respecte la Déclaration conjointe sino-britannique signée en 1984, quand Margaret Thatcher était Première ministre.

De grandes manifestations agitent depuis plusieurs semaines à Hong Kong, où près de deux sur sept millions d’habitants protestaient au départ contre un projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine continentale. La contestation a franchi un nouveau palier le 1er juillet, avec la prise du LegCo (parlement) par les manifestants.

Suite à cela, le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, a menacé la Chine de représailles si elle ne respectait pas l’accord de 1984. En vertu de ce texte et du principe «Un pays, deux systèmes», Hong Kong possède une semi-autonomie et des libertés très étendues n’existant pas en Chine continentale et ce jusqu’en 2047.

«Nous nous attendons à ce qu’un accord juridiquement contraignant soit honoré et si ce n’est pas le cas, il y aura des conséquences graves», a prévenu Jeremy Hunt, par ailleurs candidat au poste de premier ministre en Grande-Bretagne.

«Les Britanniques aiment à se poser en protecteurs (de Hong Kong) à la moindre occasion», a déploré de son côté Geng Shuang. Ce dernier a indiqué que Hong Kong a été rattaché à la Chine et que les droits et les obligations du Royaume-Uni dans le cadre de la Déclaration conjointe sino-britannique ont été complètement remplis.

« La partie britannique ne dispose pas de souveraineté sur Hong Kong, ni de pouvoir d’administration ou de supervision. Donc elle n’a aucune responsabilité sur Hong Kong », a dénoncé le porte-parole de la diplomatie chinoise. Il a vivement critiqué « une pure désillusion avec un sentiment de mièvrerie » de la partie britannique qui « se considère comme un gardien ».