Le gouvernement a exprimé « son fort mécontentement et sa ferme opposition face aux accusations infondées » du secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, à l’encontre du travail de prévention et de contrôle des autorités chinoises face au nouveau coronavirus (COVID-19).

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a exhorté « la partie américaine à abandonner son biais idéologique et à cesser de saper la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les Etats-Unis ».

A lire aussi : Des journalistes américains expulsés de Chine

Mike Pompeo dénonce la « censure » des autorités chinoises

Le ministre des Affaires étrangères Wang Yi serre la main du secrétaire d’État américain Mike Pompeo en octobre 2018

Zhao Lijian a répondu aux accusations de Mike Pompeo, attestant que l’expulsion des journalistes du quotidien Wall Street Journal (WSJ) « exposait les problèmes dans la réponse de la Chine au COVID-19 ».

Mike Pompeo a une nouvelle fois protesté contre l’expulsion par la Chine de trois journalistes du Wall Street Journal. « Il est incroyablement important de pouvoir obtenir des informations précises sur ce qui se passe là-bas », a-t-il estimé.

« La circulation d’informations à l’intérieur de la Chine traverse une phase cruciale », « les données et informations comptent car elles permettent d’aller au-delà des anecdotes », a-t-il déclaré, dénonçant la « censure » des autorités chinoises.

Selon lui, « si la Chine avait permis aux journalistes nationaux et étrangers et au personnel médical de parler et enquêter librement, les responsables chinois et les autres pays auraient été beaucoup mieux préparés à affronter ce défi » de l’épidémie.

Quant à la riposte des Etats-Unis à l’expulsion des trois journalistes, Mike Pompeo a assuré vouloir « défendre le principe de réciprocité ». « Nous avons le choix entre de nombreuses options, nous prendrons les mesures appropriées », a-t-il assuré.

Le président américain Donald Trump avait auparavant promis de prendre une décision « relativement rapidement ». Certains médias américains ont rapporté que Washington envisageait d’expulser à son tour des journalistes chinois.

A lire aussi : Donald Trump promet une réponse à l’expulsion des journalistes de Chine

Beijing dénonce des « accusations sans fondement »

Selon lui, si la Chine permettait à ses propres journalistes et aux journalistes étrangers de parler librement, la Chine et les autres pays seraient beaucoup mieux préparés pour relever ce défi.

« Au moment où le peuple chinois met tout en œuvre pour lutter contre l’épidémie, Mike Pompeo profère encore une fois des accusations infondées contre la Chine. Cela est odieux, et nous nous y opposons fermement », a indiqué Zhao Lijian.

Ce dernier a mit en exergue les « remarques erronées sur les faits » de Mike Pompeo. D’ailleurs, le porte-parole a assuré que son gouvernement s’était « montré ouvert, transparent et hautement responsable dans ses efforts de prévention et de contrôle de l’épidémie ».

Concernant l’article du WSJ, « avec son titre insultant, il ne s’agit pas d’une question de liberté d’expression et de la presse. Toutes les personnes, tant qu’elles ont une conscience et une ligne rouge, doivent rejeter et résister à ces paroles et actions racistes et injustifiées », a poursuivi le porte-parole.

« Même le WSJ a admis son erreur et a appris quelques leçons. Comment se fait-il que Mike Pompeo, au mépris total de l’opinion publique de la communauté internationale, ait une nouvelle fois tenté de soutenir le WSJ en dénigrant la Chine? On est en droit de se demander si le WSJ est une agence du département d’État américain », a-t-il ajouté.

« Puisque Mike Pompeo parle tant de liberté d’expression, pourrait-il expliquer pourquoi il a insulté un journaliste de NPR? Pourquoi le journaliste s’est-il vu refuser son accréditation de presse pour voyager avec lui? Est-ce la définition de Mike Pompeo de la liberté d’expression? Je pense qu’il s’agit d’un monopole typique de la parole et d’un deux poids, deux mesures », a indiqué Zhao Lijian.

« Nous exhortons Mike Pompeo à renoncer à son biais idéologique contre la Chine, à rejeter la mentalité de la Guerre froide et l’état d’esprit du jeu à somme nulle, à agir d’une manière qui convient à son statut, à cesser de saper la confiance mutuelle et la coopération entre la Chine et les Etats-Unis et à ne plus tenter de semer la discorde entre le Parti, le gouvernement chinois et le peuple chinois », a conclu le porte-parole.